Ces documents de nous.

Photos : Sybil Rondeau

La photo est un art vraiment fou et vraiment magique dont je ne me lasse pas. Je pense évidemment qu’il n’y a pas une mais des photos, parce que j’utilise plusieurs appareils évidemment (téléphone, instax, ou réflex), mais pas seulement : ce pluriel va plus loin. Je veux dire que je ne considère pas du tout de la même manière la photo que je prends (et peu importe avec quel appareil) d’un bon moment, de quelqu’un d’autre, de moi-même, selon qu’elle soit juste pour moi ou destinée à être partagée avec la famille, ou, encore une troisième catégorie, la photo pour internet (pour ici et instagram). Il y a différentes circonstances de prise, et si je vis toujours la photo comme un plaisir, c’est, d’une part, parce que je prends peu de photos au quotidien finalement, et d’autre part, parce que j’ai toujours distingué le cliché que je prends pour vous de celui que je prends pour moi, et que je sais, par avance, ce que je ferai de lui. (S’il est à peu près réussi, évidemment.) Presque à chaque fois que j’appuie sur le bouton de l’appareil, je me demande pour qui je le fais, pour qui je prends. Et quand c’est juste pour moi, je me demande pourquoi. Pas seulement « pour me souvenir », c’est un prétexte un peu facile et un peu faux. Parce que le sourire de mon bébé, je m’en souviendrai. Et si j’oublie des détails, en quoi est-ce si important, pourquoi je ne veux pas laisser les choses s’enfuir, exactement, précisément, pourquoi ? De quoi ai-je peur, là, en dégainant l’appareil ? Si j’appuie, si j’ai cette photo, quels sentiments veux-je créer chez les autres, et chez moi-même ? 

Ça peut paraître égoïste, mais je crois qu’au vrai c’est le contraire d’une démarche auto-centrée que de ne pas prendre une photo pour les autres mais pour soi-même, en réfléchissant à pourquoi on le fait si c’est pour soi-même, et penser ainsi m’a sauvée, parce que beaucoup de blogueuses ou instagrammeuses finissent par considérer leur activité de photo comme un travail. Elles se sentent vraiment en vacances quand elles laissent leur objectif (et partant, leur téléphone) chez elles. C’est un vrai sujet, à mon avis.

D’autant plus qu’il est facile de tomber dans l’excès en la matière, de prendre trop, ou trop souvent, de ne pas classer, de garder quinze mille doublons, de ne jamais regarder les vieilles photos, ou au contraire d’y passer sa vie. Je ne juge personne, et je ne voudrais pas vous plomber le moral, je veux juste souligner que l’équilibre est très personnel et délicat, et vous inviter à réfléchir là-dessus, parce que c’est très intéressant. 

Bref, je reviens à ce qui m’amène.

Nous avons vécu en mai une expérience géniale, et je me disais qu’il aurait été bien dommage de ne pas vous en parler. 

La photo de famille se développe, elle a même le vent en poupe. C’est un fait, on peut y être indifférent, ou en être très heureux, on peut aussi s’interroger sur les vrais motifs qui poussent à se faire prendre en photo avec son amoureux, son bébé, ses enfants, et où, et quand, et par qui. Encore une fois, il est extrêmement enrichissant de se poser la question. (Et d’y apporter une vraie réponse.)

Bref. (Je m’égare encore) (Mais pas tant que ça) (Vous allez comprendre.)

J’étais partante pour des photos de nous, nous à un âge donné, avec Camille à un âge donné aussi, et pas prises par moi.  Sans me préoccuper de savoir si je prenais pour moi ou pour le blog, sans mettre de trépied, sans m’occuper de rien. Mais je n’avais pas envie d’un souvenir posé, de nous trois dans un champ -encore une fois, chacun fait ce qu’il veut. C’est juste que je ne voulais pas quelque chose de trop commun, ce qui, après tout, est très relatif. Je ne cherchais pas une photo instagrammable, posée, déjà vue, ultra lightroomée. J’avais envie d’un truc artistique, différent, vivant. C’est alors que j’ai découvert qu’une photographe fabuleuse, mondialement reconnue (en plus d’être quelqu’un d’adorable)  (c’est énervant les gens comme ça) proposait une merveille : le documentaire de famille.

En clair, l’idée est simple : Sybil Rondeau est venue chez nous, pendant quatre heures, et nous, nous avons vécu le quotidien. Le banal. Elle s’est effacée (je ne sais pas comment elle fait pour se faire si petite), et elle a tout pris, avec son oeil incroyable. Le goûter, les jeux, les livres, le biberon, le bain, les larmes, les rires, les bouderies, la cuisine, les regards. Nous étions habillés comme tous les jours, je n’étais pas maquillée, la maison n’était pas impeccable. Nous n’avons jamais posé. Elle a tout saisi sur le vif. Des centaines de photos. Couleur, et Noir & Blanc. Quelques semaines plus tard, nous avons reçu le résultat, sur site et sur clé : l’ensemble des photos (le nombre peut varier, en général il y en a au moins 150), et un diaporama qui permet de voir l’essentiel des photos en quelques minutes. Dans son diaporama, elle insère du son qu’elle capte pendant la séance (idée de génie). Le forfait comprend également la création d’un album avec une cinquantaine de photos que l’on choisit. 

Au final. Comment vous dire. C’est magnifique.

J’ai beaucoup réfléchi, et j’ai choisi de ne vous montrer ni le diaporama, ni les photos les plus belles. J’ai vraiment le sentiment qu’elles sont trop intimes. Quand je me suis rendue compte de ça, j’étais ravie, parce que je me suis dit que c’était le signe ultime que les photos étaient réussies et que j’avais ce que je voulais. Un souvenir fou du quotidien dans sa forme la plus brute, la plus nue. Les rires de mes deux hommes, mes cernes, nos regards rêveurs. Lire un livre, partager une fraise, sortir les crayons, consoler, laver les cheveux, embrasser. Un flot d’instantanés magnifique, artistique, et en même temps terriblement personnel, privé, nous trois sans filtre, en pleine figure, un moment sur notre route, la vie la vraie. Un torrent de notre essence, dans l’instant de ce présent suspendu. J’en ai la chair de poule en l’écrivant, tenez.

Je glisse quelques unes des photos de Sybil tout de même dans cet article, choisies avec pudeur. Pas pour étaler, ou pour mettre en scène ma vie. Juste pour vous dire qu’elle est une photographe incroyable et que si vous cherchez un cadeau à vous offrir, vous faire offrir, ou offrir tout court, je vous aide. L’ensemble est un peu cher mais c’est un salaire qui ne me semble pas si élevé que ça au vu du temps passé, du rendu, du niveau de photo, des prestations finales, de l’investissement et du talent. C’est vraiment une expérience intense, et magnifique à vivre. (Le site est ici)

Photos : Sybil Rondeau 

Et vous, dites-moi, pourquoi prenez-vous des photos ? Avez-vous déjà envisagé de faire une séance famille ? Aviez-vous entendu parler de ce style de photos, qu’en pensez-vous ?

 

Cet article est non-sponsorisé, libre.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

La vie maintenant (et un repas bébé et grands)

 

Se poser des questions, y répondre, ou pas, ou pas toujours, rire, chahuter, tomber, se relever, dire que ce n’est pas grave, dire que c’est grave, faire des bisous, savoir pleurer, ne pas dormir, s’énerver, se calmer, oublier des choses, faire des erreurs, être fous, se dire combien on s’aime, prévoir, annuler, manger des gâteaux, lire des livres, faire l’oiseau, cuicuicui, chercher le sens, celui de la vie, trouver ou ne pas trouver, chercher à se dire que ce n’est pas parce que c’est intense que c’est bien, ne pas courir, ne pas faire trop, avoir le temps, prendre le temps, ne pas remplir les journées, ne pas oublier, marcher, garder des blancs, acheter peu mais bien, voir peu d’amis mais bien, se coucher un peu tard, traîner, regarder les étoiles, écouter les grillons, mon son préféré, écouter du piano, tout se dire, être si semblables, si unis, si fusionnels, toujours, se nourrir, approfondir, refaire le monde, se répondre, se construire, construire, tout balancer et s’embrasser. 

 

Repas spécial 1 an (et des poussières)

J’adore préparer le même repas pour les grands et pour les petits, même quand nous avons des invités. Je vous livre un exemple de repas de saison qui peut très bien fonctionner pour les uns et pour les autres.


Focaccia nature

Incontournable, tellement simple, qui fait son petit effet, et qui contente tout le monde.

  • 250 g de farine (T65, ou T80, ou un mélange)
  • 20 cl d’eau tiède
  • 1 càc de sel
  • 2 càs d’huile d’olive vierge extra
  • 6g de levure fraiche de boulanger (ou 1/2 sachet de sèche)

Mélanger la levure avec un peu d’eau avant de l’incorporer à la farine. Ajouter le sel, l’huile, et le reste d’eau progressivement. On obtient une pâte un peu collante mais elle doit former une boule quand même. Couvrir d’un peu d’huile d’olive avec un pinceau, puis laisser reposer 1h30.

Abaisser avec le plat de la main sur une plaque recouverte de papier cuisson. Appuyer avec le bout des doigts pour former de petits trous. Laisser encore reposer 30 minutes.

Badigeonner d’une à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, et enfourner 20 minutes à 230 °C.

Tzatziki

Le gros coup de foudre de Camille, qui passe aussi tellement bien chez les grands.

  • 3 yaourts au lait de brebis
  • 1 petit concombre
  • 5-6 feuilles de menthe

Râper le concombre à l’aide une râpe à gros trous au dessus d’un chinois dans un grand bol, laisser reposer 45 minutes pour qu’il rende son eau. On peut presser le concombre à la fin pour qu’il ait vraiment le moins d’eau possible. Mélanger le concombre avec les yaourts et la menthe dans un saladier, saler légèrement. Le tzatziki se garde au frais 3 jours.

Velouté carotte-orange

  • 1 botte de carottes nouvelles (ou 600g de carottes)
  • 1 orange
  • 5 feuilles de basilic

Faire cuire les carottes à l’étouffée, et réserver. Presser l’orange et prélever son zeste si elle est bio. Mixer l’ensemble, ajouter de l’eau jusqu’à obtenir l’épaisseur désirée, et saler à la fin.

Je sers ce velouté froid dans des verrines, les invités sont toujours conquis, et ça fonctionne très bien chez Camille. Je lui donne souvent avant d’ajouter l’eau, à un état encore épais de purée.

Gâteau moelleux rhubarbe-fraise

(C’est un gâteau tout simple, très sain et non sucré, on trouvera simplement les dattes et la fleur d’oranger pour adoucir son goût. Camille en raffole, et moi aussi. Pour des adultes qui auraient un besoin plus fort de sucre, on peu très bien le proposer nappé d’une cuillère de miel, ou de sirop d’érable… Je l’avais servi avec une petite salade de fraises et un bon thé vert.)

  • 150 g de farine (de petit épeautre ici)
  • 1 càc de levure
  • 1 yaourt 
  • 2 oeufs 
  • 5 grosses dattes moelleuses (ou 7-8 petites mises à tremper quelques heures), coupées en petits morceaux.
  • 2 cas d’eau de fleur d’oranger
  • 2 cas d’huile d’olive
  • 4 bâtons de rhubarbe découpés en gros morceaux et quelques fraises

⁄On peut tout à fait imaginer une version végane en remplaçant les oeufs par 2 bananes écrasées, et en optant pour un yaourt au lait de soja./

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger les ingrédients dans l’ordre. Disposer la pâte dans un petit moule à gâteau (ou un moule à tarte), et déposer les fruits sur le dessus, en appuyant légèrement.

Enfourner 30 à 40 minutes.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer