La vie maintenant (et un repas bébé et grands)

 

Se poser des questions, y répondre, ou pas, ou pas toujours, rire, chahuter, tomber, se relever, dire que ce n’est pas grave, dire que c’est grave, faire des bisous, savoir pleurer, ne pas dormir, s’énerver, se calmer, oublier des choses, faire des erreurs, être fous, se dire combien on s’aime, prévoir, annuler, manger des gâteaux, lire des livres, faire l’oiseau, cuicuicui, chercher le sens, celui de la vie, trouver ou ne pas trouver, chercher à se dire que ce n’est pas parce que c’est intense que c’est bien, ne pas courir, ne pas faire trop, avoir le temps, prendre le temps, ne pas remplir les journées, ne pas oublier, marcher, garder des blancs, acheter peu mais bien, voir peu d’amis mais bien, se coucher un peu tard, traîner, regarder les étoiles, écouter les grillons, mon son préféré, écouter du piano, tout se dire, être si semblables, si unis, si fusionnels, toujours, se nourrir, approfondir, refaire le monde, se répondre, se construire, construire, tout balancer et s’embrasser. 

 

Repas spécial 1 an (et des poussières)

J’adore préparer le même repas pour les grands et pour les petits, même quand nous avons des invités. Je vous livre un exemple de repas de saison qui peut très bien fonctionner pour les uns et pour les autres.


Focaccia nature

Incontournable, tellement simple, qui fait son petit effet, et qui contente tout le monde.

  • 250 g de farine (T65, ou T80, ou un mélange)
  • 20 cl d’eau tiède
  • 1 càc de sel
  • 2 càs d’huile d’olive vierge extra
  • 6g de levure fraiche de boulanger (ou 1/2 sachet de sèche)

Mélanger la levure avec un peu d’eau avant de l’incorporer à la farine. Ajouter le sel, l’huile, et le reste d’eau progressivement. On obtient une pâte un peu collante mais elle doit former une boule quand même. Couvrir d’un peu d’huile d’olive avec un pinceau, puis laisser reposer 1h30.

Abaisser avec le plat de la main sur une plaque recouverte de papier cuisson. Appuyer avec le bout des doigts pour former de petits trous. Laisser encore reposer 30 minutes.

Badigeonner d’une à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, et enfourner 20 minutes à 230 °C.

Tzatziki

Le gros coup de foudre de Camille, qui passe aussi tellement bien chez les grands.

  • 3 yaourts au lait de brebis
  • 1 petit concombre
  • 5-6 feuilles de menthe

Râper le concombre à l’aide une râpe à gros trous au dessus d’un chinois dans un grand bol, laisser reposer 45 minutes pour qu’il rende son eau. On peut presser le concombre à la fin pour qu’il ait vraiment le moins d’eau possible. Mélanger le concombre avec les yaourts et la menthe dans un saladier, saler légèrement. Le tzatziki se garde au frais 3 jours.

Velouté carotte-orange

  • 1 botte de carottes nouvelles (ou 600g de carottes)
  • 1 orange
  • 5 feuilles de basilic

Faire cuire les carottes à l’étouffée, et réserver. Presser l’orange et prélever son zeste si elle est bio. Mixer l’ensemble, ajouter de l’eau jusqu’à obtenir l’épaisseur désirée, et saler à la fin.

Je sers ce velouté froid dans des verrines, les invités sont toujours conquis, et ça fonctionne très bien chez Camille. Je lui donne souvent avant d’ajouter l’eau, à un état encore épais de purée.

Gâteau moelleux rhubarbe-fraise

(C’est un gâteau tout simple, très sain et non sucré, on trouvera simplement les dattes et la fleur d’oranger pour adoucir son goût. Camille en raffole, et moi aussi. Pour des adultes qui auraient un besoin plus fort de sucre, on peu très bien le proposer nappé d’une cuillère de miel, ou de sirop d’érable… Je l’avais servi avec une petite salade de fraises et un bon thé vert.)

  • 150 g de farine (de petit épeautre ici)
  • 1 càc de levure
  • 1 yaourt 
  • 2 oeufs 
  • 5 grosses dattes moelleuses (ou 7-8 petites mises à tremper quelques heures), coupées en petits morceaux.
  • 2 cas d’eau de fleur d’oranger
  • 2 cas d’huile d’olive
  • 4 bâtons de rhubarbe découpés en gros morceaux et quelques fraises

⁄On peut tout à fait imaginer une version végane en remplaçant les oeufs par 2 bananes écrasées, et en optant pour un yaourt au lait de soja./

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger les ingrédients dans l’ordre. Disposer la pâte dans un petit moule à gâteau (ou un moule à tarte), et déposer les fruits sur le dessus, en appuyant légèrement.

Enfourner 30 à 40 minutes.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Voyager avec lui.

Mais à quoi ça sert, de voyager avec lui, vers quel port dans quel but ? Il ne s’en souviendra pas. Il est petit, il est gênant, il faut tout adapter pour lui. Il pèse lourd, dans les bras dans les plans. L’avion, ce n’est pas pour lui. Tout est compliqué là-bas avec lui. 

Et moi je n’ai jamais tant aimé ses grands yeux que lorsqu’ils se posaient sur un ailleurs. Je vibre plus fort de marcher au loin avec lui. Avec eux. J’aime nos liens, qui se resserrent encore quand nous faisons face à d’autres marées. J’aime l’aventure des autres langues, des halls d’aéroport, des parfums des rues qui n’ont pas les même pavés que chez nous. J’aime qu’il respire avec nous cet air qui sent la différence, ce parfum d’autres rives. Il est plus grand là-bas, et ici après. Ou peut-être que c’est moi qui suis plus grande. Je ne sais pas. Plus grande d’avoir vécu alignée avec eux loin d’ici. Je veux encore mille voyages avec lui au pied du mât. Je veux lui offrir des étoiles lointaines. Encore. Partout. Je veux mesurer l’étendue du monde et l’espace de mes émotions comme des terres à conquérir. Je veux vivre son histoire comme on avale un voyage. Je veux mon mari et mon fils contre moi, ici et là-bas, à chaque aube dorée, à chaque croisement. À chaque fois, nous reviendrons nous blottir dans le présent. Draps étoilés, oiseaux connus. Je veux des mondes à contempler, des rideaux à entrouvrir, et la folie de toutes les différences glissée dans nos vies comme des perles dans une poche. En vrac.