Baci di dama

BDD1NoisettesOn sortait du Restau U tous les deux, tu vois, le gros RU bleu avec ses plateaux de toutes les couleurs, avec l’escalier où il faut se bousculer, avec ses frites pas très cuites et le petit jeton pour avoir du coca que je ne prenais pas parce que moi je n’aime pas le coca. J’ai oublié de quoi on parlait, du cours à venir peut-être, de l’hiver pas très froid, des frites pas très cuites ou de nos mains pas très loin l’une de l’autre je ne sais plus. C’était il y a dix ans, tu sais c’est rien dix ans, mais bordel ça commence à faire quand même, te rends-tu compte dix ans. Toi tu avais un sac à dos, tu te souviens du sac à dos? J’avais une veste marron avec de petits boutons dorés, je ne sais plus où elle est, maintenant, cette veste. On était si proches, et loin, loin de savoir la suite du chemin, nos 20 ans même pas encore conjugués, on inventait souvent des paroles de chansons sur des grands tubes qu’on adaptait avec nos prénoms et ça nous faisait beaucoup rire, peut-être que c’est de ça dont on riait en sortant du RU ce jour-là je ne sais plus.Bdd3bisEt alors, tu m’as prise dans tes bras, et moi je t’ai serré, et on s’est embrassés très longtemps là en plein milieu des gens, avant la suite, avant de repartir, avant de vivre à l’unisson mais ça, nous le savions pas encore.
Il y a deux dames qui sont passées, je dis « deux dames », elles ne devaient pas être vieilles, 30 ans peut-être, notre âge de maintenant mon vieux. L’une a crié d’arrêter de nous embrasser sur la voie publique, un peu pour rire, un peu pour de vrai ; et l’autre a rectifié, non, non, « les amoureux ont le droit de s’embrasser! », et elles sont parties. Et nous, nous avons repris, nous avons continué notre histoire, avec une confiance en nous et en ce que nous faisions qui outrepassait absolument tout ce qui pouvait venir de l’extérieur.
Je pense souvent à ces deux femmes, j’aurais pu les oublier, mais je les entends encore très précisément, et je savoure l’incongruité de notre baiser jeté aux regards extérieurs comme une violation désinvolte de l’ordre public.
Je sais que, si nous reproduisions la scène aujourd’hui, cela n’aurait rien à voir, on ne regarde pas de la même manière deux grands adolescents en baskets s’étreindre devant un restaurant universitaire et un homme serrer sa femme sur la grand place, on ne s’offusque pas pareil des amoureux qui se bécotent sur les bancs publics et des couples d’adultes qui se font tournoyer dans un hall de gare. Et pourtant, pourtant, je voudrais que ce baiser n’ait pas d’âge, tu sais, je voudrais qu’il dure encore, que jamais le temps ne nous ait exigé de séparer nos lèvres une minute, que jamais le jour n’ait décliné.

chocolat BDD

Je voudrais aller souffler à l’oreille de ce petit couple d’étudiants que le meilleur est à venir, qu’ils ont l’impression que ce baiser est magique mais qu’il n’est rien à côté de tous les autres baisers d’un ‘après’ dont ils ignorent les couleurs.
Je voudrais que toujours, notre baiser reste une fête, reste un peu trop sauvage et un peu trop long, je voudrais que toujours il subsiste au fond de son verre un parfum de violation des bonnes mœurs, un iota de défi au temps volé et au temps qui passe, une goutte de l’alcool de l’éternelle jeunesse dont seul l’amour a le secret. Je voudrais rire de toutes les cures de jouvence et passer encore dix ans à t’embrasser, même 20 même 50, parce que « les amoureux en ont le droit », parce que dans notre monde de fous, l’amour est bien le seul à ne pas souffrir d’interdits. Je voudrais  que partout des baisers viennent troubler tous les ordres, et qu’ils se propagent, qu’ils contaminent le monde, pour qu’à jamais la terre soit peuplée de voyous et d’offusqués.



BACIDIDAMA

Les « Baci di dama » sont des gâteaux traditionnels italiens. Ils ont un nom très joli que leur composition justifie, et ils sont absolument délicieux. Ils ressemblent à de tout petits macarons à la noisette qui s’embrassent dans un peu de chocolat noir. Je vous en propose une adaptation végane et sans gluten que j’ai adoré concocter. Ils sont très faciles à faire, ne requièrent aucun ingrédient compliqué, et sont parfaits à offrir : à consommer avec le café (ou le thé), ils font un effet terrible, je vous le garantis. Il se conservent au moins 8 jours dans un endroit frais.

Cette recette s’inscrit dans le très joli calendrier de  Lili et Natasha : offrir des gourmandises végétales. Je suis très honorée d’avoir la place ultime dans ce marathon plein d’idées gourmandes et belles! Hier, c’est la géniale Gaëlle qui nous a offert des écorces de chocolat garnies (que je vais faire dès aujourd’hui, si vous voulez mon avis). Demain, une petite surprise vous attend chez Natasha et Lili…

Baci di dama

(véganes – sans gluten)

(Pour 18 biscuits environ)

100g de farine de riz,

90g de noisettes (poids net),

60g de sucre intégral,

½ càc de bicarbonate de soude, 1 pincée de sel,

50 g de purée de noisettes + 7cl d’eau chaude,

50 g de chocolat noir.

Préchauffez le four à 180°. Mettez les noisettes à griller à l’intérieur pendant 10 minutes, puis sortez-les et réduisez-les en poudre fine. Mélangez la poudre de noisette, la farine, le sucre, le bicarbonate et le sel. Mixez à l’aide d’un petit mixeur (ou au fouet) la purée de noisette avec l’eau chaude, et intégrez la crème obtenue au mélange sec. Mélangez puis formez à l’aide de vos mains humides environ 35-40 petites noix de pâte. Disposez-les sur une plaque garnie de papier cuisson. Enfournez, et laissez cuire 10 minutes avant de les sortir et de les laisser tiédir sur une grille.

Faites fondre le chocolat au bain marie. Une fois les petits biscuits refroidis, collez-les deux par deux à l’aide de chocolat fondu. Laissez-les reposer une heure au frais pour que le chocolat se fige.

*On peut s’arrêter avant l’étape du chocolat, cela permet d’obtenir de petits macarons véganes et sans gluten absolument irrésistibles.

Bdd9 Bdd6

Je vous souhaite à tous un magnifique Noël! On se retrouve très vite. Prenez soin de vous et rappelez-vous l’essentiel.

 

17 commentaires sur “Baci di dama

  1. C’est difficile de dire quoi que ce soit après des mots pareils, tu sais. (J’ai fait un lapsus en écrivant cette phrase, j’avais écrit « des beaux pareils » au lieu des mots)(bref).
    Je te souhaite un merveilleux Noel !

  2. Les bisou(nour)s au pouvoir ! Joyeux Noël, Céline. Merci pour ces pages que je lis régulièrement et avec délectation. Je vous souhaite à tous les deux une longue vie de baisers scandaleux.

  3. Merci Cel, on ne se connaît pas mais je te lis toujours avec un immense plaisir. Cette fois les larmes me sont montées aux yeux par la beauté et la simplicité de ce texte! Merci à toi et de très bonnes fêtes pleine de lumières et de légèreté! Marie

  4. Vivons, et aimons-nous ; et moquons-nous comme d’un as des murmures des austères vieillards ! Les soleils peuvent se lever et se coucher ; nous, une fois que s’est éteinte notre éphémère lumière, il nous faut dormir une seule et même nuit éternelle. Donne-moi mille baisers, ensuite cent ; puis mille autres, et puis une seconde fois cent ; puis encore mille autres, et puis cent ; ensuite, lorsque nous en aurons fait de nombreux milliers, nous en brouillerons le compte pour ne plus le savoir, et pour qu’un méchant ne puisse nous jalouser en sachant lui aussi le compte de nos baisers !
    Catulle , Poésies, 5

  5. Tu as l’art de faire rire, pleurer et saliver en un article !
    Merci de tout coeur pour tes mots magnifiques, ta petite recette que je tenterai très très vite et ta newsletter si unique, géniale, spontanée, pleine d’étincelles, bref, qui te ressemble 😉
    Bon et doux Noël chère Cél, puisse-t-il être illuminé de merveilles, de joies, de sourires et de regards brillants <3

  6. 1ère lecture de vos mots en ce jour de Noël , des larmes ont remplies mes yeux tellement j’étais émue . Tout à l’ heure je vais accueillir mon mari à l’aéroport et je vais nous offrir le baiser de nos 20 ans , c’était il y a 27 ans .
    Joyeux Noël à vous .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *