Couple : nos clés à nous

L’autre jour, j’ai lu toute charmée l’article de Célie : elle y liste ces petites attentions qui rendent plus douce une relation à distance. (Allez-y, il est chouette.) Je n’ai jamais vécu de telle histoire, notre relation à nous est plutôt fusionnelle, et nous avons assez tôt admis que nous étions totalement incapables d’être loin l’un de l’autre au-delà d’un certain seuil d’heures, situé très bas.

Je me suis dit que j’écrivais souvent sur l’amour dans les pages des Mots Ailés, et que c’était un sujet qui m’était cher (et que vous aimez bien, je crois), et pourtant, je n’ai jamais réfléchi à donner des sortes de petites astuces qui rendent la vie à deux plus lumineuse. La liste qui suit n’est pas vraiment une « liste des trucs pour bien vivre en couple », rien que cet intitulé me fait rire, parce qu’il serait promesse bien orgueilleuse et bien impossible à tenir. Non, je ne prétends certainement pas détenir des astuces imparables pour laisser l’amour fleurir tout partout autour de mon chemin, même si j’aimerais bien. Toutefois, il y a de petites choses qui font que nous sommes heureux, à bien y réfléchir. Elles sont sans doute subjectives, et je reste persuadée qu’il tient à chaque couple de définir les siennes. J’en glisse quelques unes là, comme ça, qui sait : elles pourront vous inspirer. Ou au moins, vous faire sourire.

-Multiplier les attentions. Se faire des cadeaux, tout le temps, pour la moindre occasion. Pour nos anniversaires, l’anniversaire de notre rencontre, de notre premier baiser, de notre demande en mariage, de notre mariage lui-même, pour nos fêtes, pour la Saint-Valentin, pour Noël, le nouvel an, la rentrée, le jour des vacances. Je suis toujours très triste lorsque j’entends les gens dire « non, telle occasion, on ne la fête pas, nous. » La vie est trop courte pour manquer les occasions de fêter des trucs, mais dites, êtes-vous fous. Nous, on fête absolument tout ce qui passe. Modestement, à notre manière, sans cadeau clinquant : une mini-attention suffit, ou même un détail que l’on aurait acheté de toute façon, un bol, un paquet de pâtes rares, une tablette de chocolat, une rose, une crème pour les mains, une poignée d’amandes fraiches, ou tout autre petite chose que l’on choisit juste pour l’autre et que l’on prend le temps d’emballer. Ou même simplement un petit mot. Mais on le dit, que c’est la fête, dès le matin, c’est un jour spécial, un jour marqué d’un soleil, et c’est joli.

-Multiplier les attentions sans raison. Ah oui, il n’y a même pas besoin de (bon) prétexte. Juste comme ça, glisser une surprise sur l’oreiller, laisser un mot à côté du café le matin, revenir avec des fleurs (ou un chausson aux pommes) (ou un pain aux raisins) (oui je suis enceinte). (Opt : tenir une liste d’idées de cadeaux potentiels pour l’autre, pour dans un mois, six mois, dix ans.)

-Être transparents. Tout se raconter, de nous, des autres, de la journée qui vient de s’écouler. (Se raconter ce qu’on a mangé le midi, oui oui.) Savoir dire les ombres, les lumières, les rancunes même. Se raconter nos rêves, dire ce que l’on ressent, là où on a mal, dire si on est frustré, déçu, fatigué, admiratif, multiplier les adjectifs. Demander à l’autre comment il va, tout le temps. On ne demande jamais trop comment ça va.

-Savoir se disputer. Avoir l’amour nécessaire de l’autre et de soi pour oser tout dire, pour risquer de laisser le ton monter, pour que tout s’apaise ensuite.

-Chercher le bonheur de l’autre. Chaque jour, chaque nuit, garder en soi comme unique mission celle de rendre l’autre heureux. Savoir que l’autre a aussi cette mission secrète et espérer la remplir aussi bien que lui, parce que, oh là là, il la remplit si bien.

-Se souvenir que rien ne compte autant que l’autre dans la vie. Savoir démissionner de tout pour l’autre. Se souvenir que le travail, les soucis, les réussites, l’argent, le succès, la notoriété, le monde, (le blog), le sport, les livres, le matériel : tout est moins important que notre chemin à deux. Se mettre d’accord sur l’idée assez tôt quand même.

-Mettre des mots. À l’oral et à l’écrit. N’avoir aucun tabou. Savoir formuler ce que l’on ressent, écrire à l’autre ce qui fait qu’on lui est reconnaissant. Savoir dire les petites choses, et les choses essentielles. Ne pas avoir peur de dire, de tout dire, toujours.

-Créer des routines. Lecture d’un chapitre de ce livre tous les soirs (c’est vécu, oui). Épisode de cette série le lundi. Pizza du vendredi. Apéritif dans les jolis verres. Tisane dans nos tasses attitrées. Ne pas avoir peur de faire comme des petits vieux, rire de nous.

-Passer du temps ensemble. Le plus possible. Tout le temps. Avoir le coeur brisé de se séparer quelques heures. Ne jamais dormir loin l’un de l’autre, sauf en cas de force majeure. Tout le temps qui passe ne se rattrape guère, tout le temps perdu ne se rattrape plus (disait Barbara, cette boute-en-train).

-Partir en voyage à deux, se perdre, s’énerver, tomber d’accord sur le programme, le modifier sans arrêt,  rire en courant sous la pluie, connaître l’autre en voyage. (Parce que ce n’est pas le même autre qu’à la maison.) L’aimer encore davantage.

-Rester soi-même. Ne pas négliger ses propres goûts, cultiver les différences, se connaître soi pour le rester en profondeur. Ne pas faire de compromis qui mène à s’oublier. Aider l’autre à se connaître et à s’aimer.

-Pardonner.

-En cas d’inquiétude sur une coiffure, sur des vêtements, sur l’apparence en général : toujours trouver les mots pour rassurer en profondeur.

-Échanger nos assiettes de pâtes dans les trattorie.

-Se dire qu’on s’aime tout le temps, tous les jours. Pas sans y réfléchir. Pas pour entendre « moi aussi » en retour. Juste le dire pour de vrai parce qu’on le pense.

-Dire merci, merci d’avoir fait la vaisselle, d’avoir mis une machine, d’avoir repassé, d’avoir passé le balais, de m’avoir dit ça hier, merci.


-Se faire des bisous. Même si ce n’est pas le moment. Même si je suis en train de couper des légumes et que ça me gêne. (Même si je suis un peu une autiste et que des fois je suis récalcitrante aux bisous.) Même si tu es en retard et sur le pas de la porte. Même si c’est cliché, même si ça fait du bruit, même dans le cou, même un peu trop vite. Cultiver la tendresse.

-Se blottir l’un contre l’autre au moins une fois par 24 heures.

-Faire des compliments. Savoir les accueillir. Savoir les donner.

-Si l’autre hésite à se faire un achat plaisir, toujours le pousser à le faire.

-Se caresser la main la nuit en cas de micro-réveil.

-S’envoyer des messages tout le temps. Avec des dessins dedans. (Même si c’est une liste de courses.)

-Savoir ce que l’autre attend comme preuve d’amour, et savoir ce que l’on attend comme preuve d’amour. Ce tiret-là mériterait un article à part entière. Trop de personnes l’ignorent, ils croient dire « je t’aime » en menant telle ou telle action, que l’autre n’analyse pas comme telle, et inversement. Ça mène à des incompréhensions terribles, cette histoire. Certaines filles, par exemple, voient une preuve d’amour dans le fait d’être invitée au restaurant de manière impromptue. C’est sûr, c’est joli, c’est romantique, et je les comprends. Mais pour moi, c’est comme une langue étrangère, ce n’est pas comme ça qu’on me dit « je t’aime », et si mon amoureux faisait ça, je risquerais de ne pas être vraiment heureuse, de râler peut-être, ce qui lui ferait de la peine, parce qu’on ne se comprendrait pas. Certains hommes (dont des gens très bien) analysent comme « je t’aime » le fait que leur amoureuse se mette en robe alors qu’elle n’en porte jamais, ou s’apprête particulièrement, alors que le mien préfère que je sois, au contraire, en mode « apparence cocooning que lui seul voit». On ne peut pas donner de preuve d’amour sans savoir ce qui en est une pour l’autre. Moi, quand je fais une pizza maison, c’est analysable comme un « je t’aime », il le sait, et il sait que je sais qu’il le sait. Lui, lorsqu’il m’offre une surprise, cherchée avec soin, il sait que je vais fondre, que je recevrai en plein coeur tout ce qu’il a fait comme une preuve d’amour. (Et alors, il est fier et heureux.) (Et tout le monde est content.)

J’entends parfois des amis couples qui ne vont pas très bien, et qui, sans fouiller bien loin, pensent que l’autre est ingrat, qu’il ne les comprend pas. Ils ont peur l’un et l’autre de ne pas être aimés, alors qu’ils le sont, simplement, ils ne l’expriment pas de la même manière et ne se parlent pas avec la même langue. Arrêtons de penser que « l’autre a bien deviné », jamais, disons les choses. Le monde tournerait plus rond si on abordait davantage les vrais sujets, si vous voulez mon avis.

-Se faire rire. Faire des blagues. Ne jamais manquer d’auto-dérision. Rire de tout, de la vie. Dire « version » quand l’autre dit « diversion ». (Et alii.) Faire des blagues que seul l’autre comprend, sur des répliques de nos films à nous et des phrases entendues de profs il y a dix ans. Se donner des surnoms, les déformer, encore, jusqu’à ce que ça ne ressemble plus à rien, mais ce n’est pas grave. Chanter nos discussions sur l’air de chansons connues. Imiter une voix sans prévenir. Prendre l’accent créole, brésilien, marseillais, italien.

-Dédramatiser.

-Se rassurer. Pour tout. Savoir rassurer l’autre. Savoir demander à être rassuré(e). Se consoler, se protéger, se porter plus haut.

-Faire un bébé. Accepter sa révolution. S’emporter, avoir peur, se réconcilier, tout se dire, pleurer de joie, avoir hâte, se serrer l’un contre l’autre avec un bump au milieu. Se dire des mots d’amour. Se regarder dans les yeux. Savoir tout lire dedans. Se connaître si bien. S’aimer encore, encore plus fort.

44 commentaires sur “Couple : nos clés à nous

  1. Coucou Céline,

    J’avais aussi lu l’article de Célie, et je suis très contente d’être aussi tombée sur le tien 🙂 C’est plein de douceur et de bonheur, je m’y retrouve beaucoup. Dans la manière d’appréhender la vie à deux, de pousser l’autre à trouver son bonheur, de communiquer, de se prévoir des petites attentions même infimes. Nous sommes sur la même longueur d’onde que ces conseils avec mon chéri. C’est devenu fondamental au quotidien !

    Bien belle continuation à toi sur ce chemin,

    Estelle
    Some Place Called Home

  2. Pfiou j’en ai les larmes aux yeux de ce si joli article -comme tous les autres-
    Larmes aux yeux pas seulement parce que je suis enceinte aussi 😉 parce nous aussi on a nos petits rituels du bonheur (la pizza maison du vendredi soir également), on n’aime pas être loin l’un de l’autre trop longtemps, on se fait pleins de petites attentions comme ça, des câlins (avec le bump au milieu qui change tout !) et des bisous doux, oui à tout ça et tout le reste, oui Merci à tes articles Céline, merci de mettre des mots sur mes papillons de ventre, merci de savoir savourer d’être un couple…. merci pour cette douceur… on va continuer comme ça, c’est si bon.
    Je t’envoie un bisou papillon

  3. C’est un très joli article qui a le mérite d’être également très inspirant..
    Une bonne partie de ces petites choses, nous les faisons généralement, et sans nous en rendre compte.
    Mais ce qui assez révélateur, c’est que dans les moments de crises ou de doutes, ces moments où l’on semble éloignés d’un coup tout en étant l’un à côté de l’autre, sont des moments où nous avons oublié l’essentiel. Les merci, les je t’aime, ces attentions et intentions gratuites qui font tant de bien au couple. 🙂

  4. Nous avons un peu les mêmes clés du bonheur <3 à quelques exceptions près! Effectivement, les petites attentions et se dire ou s'écrire des mots doux tous les jours me semblent être une évidence. Je suis souvent attristée de voir que certaines personnes ne se disent jamais "je t'aime" parce que c'est évident donc on n'a pas besoin de le dire. Nous, on aime bien se le dire et se l'entendre dire :-)! Mais on se trouve un peu mièvres parfois tous les deux!
    On ne fête pas vraiment la St Valentin parce qu'on fête notre rencontre la veille mais c'est toute l'année la St Valentin de toute façon! On se fait aussi souvent de petites blagues, des private joke qui ne font rire que nous mais ce n'est pas grave parce que c'est tellement drôle!
    Merci en tout cas pour tes mots qui rappellent que l'amour se cultive tous les jours.
    Je vous embrasse

  5. Ah c’est mignon tout plein! Pour ton tiret sur les preuves d’amour, il y a un super livre de Gary Chapman, les 5 langages de l’amour qui en parlent magnifiquement. Il a été une revelation pour mon couple et je pense que tous les couples devraient le lire pour savoir quelle est la leur et celle de leur compagnon.

  6. Ton article est magnifique, il m’a donné les larmes aux yeux. Je sui dans une phase un peu compliquée amoureusement parlant, j’ai quitté mon copain avec lequel j’ai été pendant 4 ans, après une année difficile s’étant soldée par 6 mois de relation à distance pendant lesquels j’ai rencontré mon nouvel amoureux, un vrai coup de foudre. Mais à peine un mois plus tard me voilà forcée de recommencer cette histoire de relation à distance à cause de mon travail et ce n’est pas facile ! D’autant plus que nous sommes du genre fusionnel tous les deux, et que même quand on travaillait ensemble au début, on se manquait dans la journée. Bref, j’arrête de te raconter ma vie et je te prends toutes tes bonnes idées si délicates 🙂

    1. J’espère que tout s’arrangera, Leslie, je pense bien à toi et je te souhaite plein de courage. Toute étape a son or caché, je suis certaine que vous saurez le trouver!

  7. C’est beau. C’est teeeellement beau. Ét cest tes mots d’amour qui m’ont fait connaître ét aimer ton blog. Le 1er article que j’ai lu De ton blog etait celui de l’histoire de votre couple, De votre rencontre. Non, cest inexacte. Cetait celui où tu t’adressais au futur habitant De l’appartement que Vous quittiez puis j’ai lu celui de votre rencontre qui etait si Beau. Je l’ai commenté et te disant que je ne connaîtrais jamais une telle histoire. Ét Cetait Pas tout à fait vrai en fait. Car la vie , le destin ou que sais je ? a réuni le garçon avec qui j’étais quand nous étions tout jeune Il y’a 9 ans. Et nos retrouvailles sont belles tellement belles !!! Il est vraiment celui que j’ai tellement cherche quand je n’étais pas avec lui, Mais avec tous ses garçons qui n’étaient pas fait pour moi ét quand je dis Ca Jai en écho ton article sur Les « cœurs brisés  » Il y’a en effet je pense qqun vraiment fait pour nous.
    Notre histoire est un fœtus compare à la vôtre ! Mais jespere sincèrement que Ca continuera.
    Merci pour tes beaux mots ét Bonne fin de grossesse
    Claire

    1. Ah oui, tu es là depuis le tout début des Mots Ailés alors, dis-moi! Mille mercis de tes mots! Je te souhaite beaucoup de bonheur amoureux, Claire.

  8. Il est très chouette cet article, vous avez l’air d’avoir trouvé un fantastique équilibre tous les deux. Je suis d’avis aussi que l’alchimie tient aux dialogues, à la transparence et à la construction consciente d’un bonheur quotidien commun. Chez nous pas de fusion pour nos petits caractères indépendants mais dix ans d’un premier amour, des « je t’aime » pleins de sens, des danses en pyjama et des chansons inventées chantées à tue-tête (coucou les voisins !) et un bébé évidence. Voir son Amour devenir le père de son enfant, le tenir dans ses bras pour la première fois, le consoler, le faire rire, le câliner, c’est beau, c’est fort, c’est grand. Vous serez sans aucun doute de formidables parents <3

  9. C’est vraiment les conseils les plus adorables que j’ai jamais mis ! Je n’ai pas ce côté fusionnel et j’aime toujours retrouver quelques jours seule avec moi même mais à part ça je trouve tous ces conseils très beaux et justes

  10. Bon écoute, j’ai lu ton article avec trente mille larmes au fond des yeux, ça déborde même un peu. J’aurais pu écrire chacune de ces lignes, chacune de ces clés, parce que c’est comme ça que depuis cinq ans je suis très amoureuse d’un garçon très amoureux de moi.
    Et c’est beau et doux, et c’est précieux et ça me remplit d’une joie quotidienne et solaire.
    Je me suis empressée d’envoyer ton article à l’amoureux (et ce sera analysé comme un « je t’aime »).
    Bises, Céline ♥

  11. oh que j’aime quand tu parles d’amour, ça me touche, ça me fait monter aussi une petite émotion au coin de l’œil (ben oui, team hypersensible, forcément..). Merci de si bien parler de ces choses là, moi l’amour je l’attends et je l’espère beau comme ça ♥ d’ici là je cultive d’autres passions, la création, les belles rencontres, en attendant que le bel inconnu pointe le bout de son nez. Passe un doux week-end, merci pour tes mots qui font résonner les jolies choses !

  12. Je partage cet article, si doux au demeurant ! Je suis particulièrement d’accord avec les langages de l’amour, qui est d’ailleurs un excellent livre que je recommande de Gary Chapman (et qui existe aussi pour les enfants « Les langages d’amour des enfants », au top). Nous ne parlons pas amour de la même façon, et il est important de se connaître jusque-là car la vie à deux peut ainsi devenir si triste, si terne, si complexe, si décourageante. Merci pour cet article !

  13. Oh, merci pour cet article. Merci parce qu’il est très beau, comme toujours (j’ose), parce qu’il m’a fait sourire, et parce que j’ai été touchée de trouver dans vos clefs à vous quelques unes de nos clefs à nous. Merci aussi parce que dans notre apprentissage de la vie à deux, nous avons encore du chemin à faire, et que des conseils bienveillants comme les tiens, on n’en reçoit pas souvent (et pire, parfois certains se moquent de ce qui pourtant nous ressemble tellement (comme les crêpes du dimanche soir, les repas-petits fours des anniversaires et les promenades en forêt des après-midis tranquilles), et ça, c’est franchement nul). Merci encore parce que tu as pensé à une chose sur laquelle nous n’avions pas encore mis le doigt : « Savoir ce que l’autre attend comme preuve d’amour, et savoir ce que l’on attend comme preuve d’amour ». ÇA, c’est une bonne idée d’activité de Saint-Valentin : faire la liste de ce qui veut dire « Je t’aime » pour chacun de nous.
    Alors voilà, merci, quoi 🙂 Je vous souhaite à tous deux une très belle Saint-Valentin, et plein de très belles non-Saint-Valentin. (et j’envoie tout de suite ce bel article à mon amoureux).

    1. Laissons-les se moquer, les jaloux! 😀 Quant à la liste, quelle merveilleuse idée, prévoyons ça pour ce soir, il en sortira tellement de positif (amoureux) !

  14. c’est tellement joli et doux de te lire, comme d’habitude tes mots me procurent une bonne dose de feeling good, un vrai bonheur.

    je rebondis sur le commentaire de Sarah Conte Philly, et tu y faisais surement référence dans ton article, mais les 5 langages de l’amour parle totalement de ca, et c’est un bouquin essentiel que tout le monde devrait lire, pour comprendre que chaque personne fonctionne différemment, et qu’on doit absolument apprivoiser et comprendre le langage de l’autre et ce qui lui fait du bien.

    Bonne Saint-Valentin !!

  15. Tu parles bien d’amour, tu sais?

    Ça réchauffe le cœur, ça donne envie, bien sûr, de trouver une personne avec qui partager des attentions de douceur comme tu en donnes l’exemple. (Mais ça fait aussi un peu peur, disons, de se dire que peut être de ma vie je ne connaîtrai tel amour..)

    Ce texte se garde au creux du coude, au creux du cœur. Joyeuse Saint Valentin <3

    1. Mais et puis quoi, encore, bien sûr, tu le connaîtras, un amour à ta manière, à votre manière que vous inventerez tous les deux, je n’en doute (très sincèrement) pas une seule seconde. Je t’envoie des vraies pensées qui viennent du coeur.

  16. Hello, toujours un plaisir de lire tes mots, bien posés, bien choisis!! Et ce qu’il y a de vraiment magique, c’est que justement ce sont vos recettes à vous, qui feraient un flop pour un autre couple: chaque relation est tellement unique… Nous au contraire, on ne fête rien du tout. Ou presque. Mon mari ne sera même pas là demain soir et franchement ce n’est pas grave du tout pour moi. Et pourtant on ressent notre chance chaque jour!!

    Tu as évoqué une chose très juste sur les types de preuves d’amour que chacun est à même d’apprécier: c’est un source d’incompréhension chez beaucoup de couples, il y a un livre qui traite du sujet et qui peut aider à mieux comprendre les canaux de transmission de l’amour de l’autre. Il s’appelle les langages de l’amour.

    Je crois que chez nous, ce qui nous a fait basculer, c’est qu’on se comprend même si on ne se ressemble pas. Et qu’on s’accepte. La semaine dernière on est allé voir lala land et ça m’a déchiré le coeur, j’en ai sangloté toute la nuit (oui je suis hypersensible, et oui je suis enceinte, donc peut-être encore plus), au point que ça a réveillé mon homme. Et il m’a juste serrée dans ses bras en me disant qu’il m’aimait. Alors que ça lui semble complètement surréaliste mes réactions!! Et voilà, c’est pas plus compliqué!!

    Et j’ajouterai une fois que le bébé est né: « ah mais tu as vu quand elle a fait ça? » « ah oui elle est tellement mignonne », comme deux débiles pour les moindres faits et gestes du petit être qu’on a fabriqué ensemble! Et s’aimer encore plus fort d’avoir pu en équipe créer une pareille merveille 😉

  17. Ton article est très beau et très doux, je suis très heureuse de le lire en ce jour un peu particulier. Je ne suis pas particulièrement fan de fêter la Saint Valentin parce que c’est une date imposée et que je trouve l’aspect commercial un peu too much, mais tes petits mots sont tellement mignons et tellement tout doux à lire, c’est comme une caresse.
    Je pourrais agrandir cette liste à mes amis, je trouve que certaines attentions sont proches de ce que l’on peut faire pour entretenir une relation d’amitié.
    C’est un très bel article qui me fait découvrir ton blog, je suis ravie de lire ça en ce jour si spécial.
    Merci beaucoup 🙂

  18. Merci pour ce très beau texte !
    Ah c’est beau l’amour !
    Et comme vos lectrices vous le disent, vous allez faire de bons parents c’est certain, une jolie famille harmonieuse !
    L’amour et la santé sont la base dans la vie, et de la vie !
    Et votre texte aide à se remettre les idées en place quand comme moi on forme un « vieux couple » avec son double !
    Les enfants ados, les mutations professionnelles, les déménagements et déracinements ont un peu eu notre peau ces dernières années, et je dois dire que les petits mots doux, les messages et surprises n’existent plus vraiment et c’est un manque auquel on trouve toujours un bon prétexte : fatigue, agacement, dépenses plus importantes à faire, futilités …, fêtes trop commerciales, Noël c’est pour les enfants et nos 6 neveux et nièces …
    Bref votre texte est une bonne piqure de rappel de ce qui aide et fait du bien au quotidien, et qu’on a tendance à délaisser, alors que ces petites choses qu’on appelle parfois futilités sont ce qui entretient l’amour !
    Un immense merci à vous !
    Je vous souhaite une très bonne fin de grossesse !

  19. Il fait du bien cet article plein d’amour. Un joli rayon de soleil dans ma journée ! Je l’ai lu d’une traite. Je découvre ta plume aujourd’hui et j’adore, elle est tellement fluide.

    Je suis d’accord avec sur tellement de points que je pense être dans la bonne dynamique 😉

    Nous aussi nous sommes très très (trèèèès) fusionnels, parfois je ne comprends pas les couples qui « font leur vie ». La mienne tourne autour de lui et inversement.

    Enfin bref, beaucoup d’amour ici, c’est beau.

  20. Oh c’est si joliment dit ! Effectivement ça semble si logique la partie « Savoir ce que l’autre attend comme preuve d’amour, et savoir ce que l’on attend comme preuve d’amour » !! Et la parole… Les gens nous trouvent bavards, mais il y a tant à dire et à partager qu’il serait dommage de ne pas prendre le temps de le faire (même si on sait aussi apprécier le silence). Toujours, TOUJOURS se dire ce qu’on a mangé le midi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *