Tactile

Des mots, comme d’habitude. Juste avec de la musique et des images.

 

Les mots ailés sur youtube

 

Le temps ne fuit pas.

La thématique du temps qui file n’est pas neuve. il suffit d’ouvrir un Lamartine ou un Ronsard, ou même un Baudelaire pour apprendre que le vert paradis de l’enfance est éphémère. On en a tous conscience, et cela entraîne plus ou moins de chagrin et de joies, plus ou moins de répercussions sur nos philosophies et nos instants de rêveries : le temps fuit. C’est ainsi.

Et puis un jour…on a des enfants.

Et tout change.

Le temps ne fuit plus, il s’évapore. Il ne court plus, il file, il étourdit, on le voit à peine, on ne sait plus comment l’appeler, le retenir, le considérer, même.

Il y a un an, je décorais mon sapin en portant à bout de ventre un bébé que j’aimais déjà si fort. Nous savions tout juste qu’il était garçon. Je sentais ses coups de pieds, toujours du même côté. Je ne pouvais plus faire de longs trajets en voiture. Nous avions mis un couffin au pied de notre sapin, et cela nous effrayait, je me souviens que j’avais l’impression que c’était un jeu, un ustensile de poupée. J’avais hâte, et j’étais terrifiée.

Depuis, ce petit garçon a eu un prénom, il est arrivé, il a dormi dans ce couffin, il a été promené sur les routes de printemps à l’intérieur, d’ailleurs. Il a un visage, un tempérament, des goûts, une voix. C’est devenu quelqu’un. Notre histoire avec lui s’est écrite, elle s’est teintée de couleurs, de pleurs, de rires, de taches de lait, de miettes par terre ou au creux du poing serré. Le couffin est trop petit, depuis longtemps, il est rangé. On a même abaissé le matelas du lit à barreau, on a sorti les grenouillères en 12 mois qui nous paraissaient gigantesques, et qui sont maintenant juste normales. On a montré le sapin, il n’a pas voulu le toucher tout de suite parce qu’il est un peu trouillard. Mais il lui dit bonsoir avec la main le soir avant d’aller dormir.

Le temps ne fuit pas. Lorsqu’on devient parent, il est fusée, il est suspendu, il ne se mesure plus, il n’existe plus. Il glisse.

EnregistrerEnregistrer