Un sens à ce qui est. (+ granola aux fraises séchées au four)

granola-fraises-chocolat-amandesgranola-fraises-chocolat-amande-3Granola-fraises-chocolat-amandes-2

Je crois qu’il y a des fois où la recherche de sens trouve des limites. Je veux dire que j’ai fait partie de ceux qui veulent absolument trouver dans les événements qui viennent à se présenter une signification, une justification. Peut-être parce que j’ai éprouvé très fort à un moment de ma vie la situation très théâtrale du « un mal à un instant x pour un bien à un jour y», du positif qui ne peut arriver que parce qu’un négatif s’était présenté auparavant. Le retournement de situation enrichi d’une vraie valeur de plus contre un moins, une sorte de coup de tampon moral, qui valide la pluie pour mieux voir l’arc en ciel. En clair, dans toute situation pourrie, je cherchais un aspect positif, et je me persuadais que si j’avais à la vivre, c’était au fond pour un bien que dont j’ignorais encore la teneur.

Je garde toujours profondément ancrée en moi la conviction que ce qui nous arrive est plus ou moins pour notre bien, même si nous ne nous en rendons pas compte tout de suite. Je serre bien souvent la certitude que mon étoile sait ce qu’elle fait, sans que je ne fasse exception, je veux dire que je suis également persuadée que votre étoile à vous sait très bien ce qu’elle fait aussi.

Mais parfois, j’ai envie de balayer cette herméneutique parce que je peine à voyager avec elle en toute légèreté, et parce que j’ai du mal à trouver l’équilibre sur la corde tendue entre liberté et destin. J’ai du mal à savoir, profondément savoir, dans quelle mesure ce qui vient est “de ma faute” ou pas, et dépend (ou ne dépend pas) de mon libre-arbitre. Et j’ai du mal à me convaincre que cette étoile un peu pénible (pour ne pas dire franchement foireuse, quand même) est toujours bien accrochée.

Allez, de temps en temps, mon plan serait de dire “je fais confiance à mon étoile, mais je me fais aussi confiance à moi, voilà.” Essayez pour voir.



granola-fraises-chocolat-amandes-4

 The ultimate granola (amandes, chocolat et fraises séchées au four)

250 g de flocons d’avoine

100 g d’amandes effilées

100 g de sirop d’érable (ou miel, ou autre sucrant liquide)

1 grosse cuillère à soupe bombée d’huile de coco (ou 2 d’huile d’olive)

100 g de chocolat

400 g de fraises fraîches

granola-fraises-chocolat-amandes-7

Pour le granola

Prélever 100 g de flocons d’avoine et les mixer en poudre fine (c’est facultatif, mais j’adore la consistance finale que cela donne aux pépites de granola, encore plus proches du biscuit) Mélanger les flocons, les flocons réduits en poudre, et les amandes.

À feu très doux, faire fondre le sirop d’érable (ou le miel) et l’huile en mélangeant bien durant 4 à 5 minutes. Verser sur les flocons et bien mélanger. Tasser l’ensemble sur une plaque chemisée de papier cuisson. Bien appuyer pour que l’ensemble soit plat et compact, et fasse quelques centimètres d’épaisseur. Enfourner dans le four froid, et l’allumer sur 150°C. Laisser cuire environ 30 minutes : l’ensemble doit dorer, mais pas noircir. Sortir la plaque et laisser refroidir TOTALEMENT. Au bout de quelques heures, casser la plaque en pépites de la taille que l’on souhaite. Ajouter le chocolat détaillé en petits morceaux.

Pour les fraises séchées au four (tuerie en vue)

Laver soigneusement les fraises et les couper en lamelles, en les déposant au fur et à mesure sur une à deux grandes plaques recouvertes de papier cuisson, toutes bien à plat. Enfourner à four tiède (130 °C) pendant environ 50 minutes. (Votre maison s’imprégnera d’un parfum de fraises cuites, un peu comme celui des confitures…) Bien surveiller : c’est la seule difficulté! Les fraises doivent se déshydrater sans trop changer de couleur, tout dépend de votre four, il faudra peut-être raccourcir la cuisson (si cela commence à noircir) ou la rallonger (si elles semblent encore très humides). En somme, je les sors juste lorsqu’elles commencent à devenir brunes. (Ne vous inquiétez pas si, au moment de les sortir, elles semblent totalement molles ou indécollables. C’est normal, il faut attendre.) Laisser refroidir à température ambiante avant de décoller délicatement du papier. Les lamelles fines seront devenues croustillantes comme des chips, et les plus épaisses seront encore un peu moelleuses, presque confites, un peu (beaucoup) comme des bonbons. C’est une gourmandise incroyablement savoureuse, parce que leur goût s’est concentré, et chacune devient comme acidulée dans la bouche. Elles se conservent très bien pendant plusieurs semaines (si vous y parvenez).

granola-fraises-chocolat-amandes-6fraises-séchées-maison

L’espace d’un matin

Matin3

Je voulais depuis longtemps réaliser une nouvelle vidéo pour le blog. Vous étiez nombreux à me le demander, la chaîne youtube criait famine, et j’attendais simplement le bon moment, et le temps nécessaire, pour le faire à peu près bien. (Oui, je dis “à peu près”, notez.)

J’aime tellement les petits instants du matin que je me suis dit qu’ils feraient office de joli sujet. Je faisais alors comme si j’oubliais que la lumière du matin était extrêmement difficile à filmer, et drôlement éphémère, d’autant plus que je devais compter sur un matin de soleil, ce qui est plutôt rare en ce moment. Dès qu’il y en a eu un, j’ai sauté sur l’occasion!

Après, il restait à improviser quelques petites notes de piano dessus, et hop. (Je pense qu’on a l’Oscar meilleure bande originale, à l’aise.) (Je plaisante, bien sûr, je préfère préciser, je sais qu’il y a des nouveaux parmi nous.) J’espère que vous prendrez plaisir à visionner cette vidéo, autant, si c’est possible, que j’en ai eu à la réaliser.

(Petit ps :  n’oubliez pas de cliquer sur la mollette pour mettre en HD, c’est plus joli!)

Musique : Céline

T-Shirt et Gilet : Des Petits Hauts

Broche noire : Ma marraine

Chignon pourri : Création artistique personnelle

Crayon : Alima Pure, Mascara : RMS

Planche nuage : Mon petit menuisier, Bol de la crème : Maisons du Monde, Tasse à thé : De ma grand-mère, Cuillère en bois (ma nouvelle addiction) : Bambu.

Thé : Fémini-thé, La route des comptoirs (offert par une amie – mon préféré).

Ciel bleu et or: offert.

-Et, non présents à l’écran : le calme du matin sans aucun bruit, l’odeur du cacao, celle du thé chaud, et le crépitement du poêle. –

°La recette de mon petit déjeuner° :

Je prends 50g de poudre à matin*, que je délaie dans 250 ml d’eau ou de lait végétal (ou, souvent, moitié moitié.) Je fais frémir pendant 10 minutes en mélangeant bien. Hors du feu, j’ajoute 1 càs de cacao, et 1 càs de miel. Je personnalise ensuite selon mes placards et mes envies : ici j’ai ajouté du sésame toasté, des copeaux de noix de coco et des petits kumquats. (Le plus classique banane + noisettes est également plutôt pas mal.)

*Poudre à matin
(pour un grand bocal)
-150 g de flocons d’avoine réduits en poudre (à sec, à l’aide d’un mixer)
-50 g de kasha réduit en poudre (on peut le remplacer par la même quantité de flocons)
-2 càs de farine de pois chiche (facultatif, mais cela rajoute du corps à la crème, sans changer son goût)
-50 g de tapioca réduit en poudre (pour le compact de la chose.)

Matin2Matin1

Voilà, n’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de tout ça, à faire tourner la vidéo si elle vous plaît, et surtout, à goûter la douceur de vos matins!