Juin. (Et quatre très bonnes tartines d’avocat aux fruits.)

toastavocatabricot3

Et voilà, juin nous laisse, avec derrière lui quelques pétales qui volent, et puis, juillet, déjà. C’est une transition sans en être une : à chaque fin de mois, j’ai besoin de me retourner en arrière. Je compte alors les gouttelettes du mois, celles toutes dorées, celles fragiles et légères qui se sont déposées avec grâce sur la toile de ce présent déjà passé.

Toastavocatframboise1

Il y aura eu ce drôle de temps d’hiver, ces courges tardives, ces pulls doux que je n’ai même pas encore rangés parce qu’ils ont servi si tard. Il y aura eu un spectacle de danse où j’étais en robe noire avec du tulle qui tournait encore même quand je ne tournais plus. De ce soir-là, il restera le solo d’une fille qui en fera son métier, étourdissante dans ses 18 ans de mouvements contrôlés sur un Sidney Bechet, si forte, si vibrante dans sa chair, oh, je l’ai tellement admirée, j’ai eu envie de me laisser les cheveux détachés en dansant tout comme elle. Une danseuse en plein mouvement vue de près, ça m’a toujours bouleversée, moi la timide, moi la maladroite. Longtemps je verrai encore ses bras se refermer, ses cuisses se tendre lors des passés-fouettés, je verrai le bout de son regard noir dans lequel rien n’était en retard, et tout était si vivant.

toastavocatfraise2

Il y aura eu cette nouvelle habitude pour lui de m’offrir des fleurs chaque vendredi soir par surprise, au point que ce n’était plus une surprise. Pourtant, à chaque fois, je ne l’ai pas vu tout de suite, le bouquet, à chaque fois, j’ai souri comme une jeune première. Je souris encore plus lorsqu’il dit qu’il le fait parce que lui-même trouve désormais qu’un bouquet, « ça va bien sur la table », alors que je sais très bien que l’acte est bien davantage mené par un souci amoureux qu’esthétique.

toastavocatabricot2

En juin, il y aura eu des matchs de foot regardés avec les très bonnes pizzas de petit camion qui les cuit au feu de bois, chez ceux qui me connaissent et qui prennent la pizza végétale avec de l’artichaut dessus. Il y a eu du bleu-blanc-rouge qui ne partait pas d’une barbe, et un petit bonhomme qui aimait beaucoup (beaucoup) souffler dans une corne de brume pour encourager les joueurs. Il restera une fleur de coton offerte à un autre petit bonhomme, qui la tenait comme un diamant, et qui m’a fait promettre de l’emmener dans un champ de coton, un jour ; et puis aussi il restera une tarte à l’abricot vraiment très bonne. Juin, ce sera aussi l’expérience des abonnements littéraires, des livres lus un peu partout, mais pas le soir dans le lit, parce que j’ai découvert que si j’ouvre la fenêtre, depuis le lit, je vois les étoiles. J’ai donc, l’espace de quelques semaines, substitué aux pages blanches la voie lactée.

Juin 2016 laissera derrière lui le vent salé de La Rochelle, et le cadre au mur avec l’île de Ré dessus, le petit marché avec de gros pains d’épeautre avec les noisettes entières dedans, il laissera la voiture trop chaude et l’odeur de la pluie, il laissera moi qui dors et toi qui conduis.

toastavocatpomme2

Je garderai bien rangés tes mots dans la nuit, mes mains qui te cherchent au matin pour vérifier que tu es à ma gauche endormi, je garderai mes nouvelles sandales avec la lanière corail qui va bien sur mes jambes toujours bronzées, je garderai mes rêves, celui de pouvoir retravailler un nocturne de Chopin, celui de cueillir des blés pour en mettre plein la maison, et de danser encore même si je suis maladroite, avec les cheveux détachés.



Quatre très bonnes tartines d’avocat aux fruits

toastavocatframboise4

La tartine d’avocat, c’est un peu ma nouvelle base, ma révélation, j’ai fait d’elle mon essentiel (si tu veux qu’on s’apprenne), je la déguste juste nature, parfois avec un filet de citron ou une pincée de sel. Mais bon, pour peu qu’on en ait envie, elle devient la base d’un repas sur le pouce ou même la jolie entrée d’un dîner chic! Je ne sais pas si c’est à cause de cette drôle de météo, mais on trouve encore tout plein d’avocat espagnols. Alors bon, c’est un merveilleux prétexte pour les marier à des fruits tendres d’été. Vous êtes sceptiques? Essayez pour voir. Vous m’en direz des nouvelles.

toastavocatfraise3

  • Avocat + fraises + pignons de pin toastés + vinaigre balsamique;
  • Avocat + framboises + tahini + graines de fenouil;
  • Avocat + pomme tranchée + persil + noix de cajou;
  • Avocat (+un peu de citron) + abricot + gomasio.

À chaque fois, il faut faire selon la maturité de l’avocat : s’il est mûr, on peut l’écraser en purée sur le pain (grillé, bien sûr), et déposer les fruits crus sur le dessus. S’il est ferme, on peut le découper en tranches fines et les disposer amoureusement entre celles des fruits!

toastavocatabricot1 toastavocatpomme3 toastavocatframboise3

〈Suivez Les Mots Ailés sur Facebook et Instagram 〉


 

Salade de millet aux légumes de printemps (parce que le petit pois est photogénique)

Millet-légumes-de-printemps-5

Parmi toutes les choses que j’aime faire dans la vie, figure en bonne place (environ à mi-chemin entre regarder un vieux film avec ma tasse wall-E, et faire tenir une cuillère sur mon nez) (c’est tellement drôle) la consultation de blogs de cuisine. Souvent, cela surprend autour de moi, parce que je suis loin d’être une papesse affichée du croquant-gourmand. Au contraire même, je ne suis pas très fun à recevoir, parce que je ne mange pas de saucisson, ni de moutarde, ni même de Monster Munchs, rendez-vous compte. Et, si, à une époque, j’ai pu passer des heures à expérimenter des recettes comme une Marie Curie en plein travail sur le polonium, j’ai depuis cette année confirmé ma préférence pour une vraie simplicité du repas quotidien. C’est là une affirmation toute relative, j’en conviens, parce que nous avons chacun notre conception de la simplicité. Disons que revenir à mes propres bases est mon équilibre actuel au milieu d’un sujet dans lequel nous sommes rares à être parfaitement sereines et équilibrées. Bref.

Petit-pois

Pour autant, regarder des blogs et des livres de cuisine a toujours un effet apaisant sur moi. Je trouve ça vraiment beau (et tellement cool) de faire quelque chose d’artistique en partant d’une affaire si prosaïque qu’est l’ingestion alimentaire. Je regarde toujours ces pages avec une vraie distance amusée et fascinée, et je me demande si l’Homme pourrait également faire naître un jour des photos, des articles, des blogs, sur d’autres besoins physiologiques quotidiens. Le sommeil par exemple – un blog sur les mille façons de dormir est un concept auquel je tiens beaucoup, et j’ai totalement confiance en son apogée un jour.
Ce qui m’intéresse d’autant plus est de voir la vraie variatio qui s’est installée dans ce milieu. Les blogs se sont développés au fil des personnalités par milliers qui ajoutaient leur grain (de sel) sur la toile, et selon les besoins des uns et des autres, totalement différents. Besoin de cuisine utile, besoin d’histoire qui va autour, besoin de retrouver un univers, besoin de conseils pratiques quotidiens, besoin d’art visuel… Comme tout bien culturel, ils se sont diversifiés. Je parle là pour ceux qui ne les connaissent pas trop : en vrai c’est tout un monde sous l’océan avec des calèches de plancton et des palais ciselés dans du corail. (Celui qui dit que je regarde trop La Petite Sirène a gagné.) Je pourrais vous parler de mes préférés, si vous voulez.

En attendant, j’ai vu un peu partout fleurir des assiettes avec des légumes de printemps. Je me suis alors souvenue que nous étions en juin, et qu’il y avait là un bon prétexte à photographier vite les plus beaux légumes du monde, j’ai nommé les petits pois. (Vous me feriez manger n’importe quoi pourvu qu’il y ait négligemment posé sur le côté des tas de cosses de petits pois frais offrant leur vert tendre au spectateur) (sauf du saucisson, ça vraiment, non, même.)
Il y a du millet, parce que c’est mon addiction du moment, le millet, c’est sans gluten, c’est rassasiant, c’est vitaminé, c’est délicieux, c’est merveilleux, le millet, votez pour le millet. Et puis du citron et de la menthe, parce que le petit pois aime ça.Millet-légumes-de-printemps-2 (Sinon, je porte un gilet, parce que j’ai fait cette série de photos avant que le ciel ne se décide à tomber dans ce soudain état de grâce. Je me dis que le verdoyant de l’image rattrape l’atmosphère “saison printemps-été 2016” du visuel.)


Millet-légumes-de-printemps-3

Salade de millet tiède, petit pois, asperges, courgettes crues, citron et menthe.

(Pour deux personnes)

160g de millet
Deux poignées de petits pois frais
Une dizaine d’asperges
Une courgette
Un citron, quelques feuilles de menthe.

Nettoyer, puis plonger les asperges 15 minutes dans l’eau frémissante. Pendant ce temps là, écosser les petits pois. Faire cuire le millet 15 minutes dans l’eau bouillante, puis égrainer à l’aide d’une fourchette, et laisser tiédir. Faire cuire les petits pois 8 minutes dans l’eau bouillante. (Ils doivent rester très croquants). A l’aide d’un économe, tailler la courgette en tagliatelles qui resteront crues. Assembler l’ensemble ainsi que le zeste du citron. Ajouter une à deux feuille(s) de menthe ciselée(s).
Pour servir, mélanger 3 càs d’huile d’olive (ou autre) avec 1 càs de jus du citron et 1 càc de sirop d’érable.

On peut déguster l’ensemble encore tiède, ou très frais.
(Nota benêt : c’est une salade qui s’emporte parfaitement et fonctionne très bien pour les déjeuners sur l’herbe.)

Millet-légumes-de-printemps-4