La vie maintenant (et un repas bébé et grands)

 

Se poser des questions, y répondre, ou pas, ou pas toujours, rire, chahuter, tomber, se relever, dire que ce n’est pas grave, dire que c’est grave, faire des bisous, savoir pleurer, ne pas dormir, s’énerver, se calmer, oublier des choses, faire des erreurs, être fous, se dire combien on s’aime, prévoir, annuler, manger des gâteaux, lire des livres, faire l’oiseau, cuicuicui, chercher le sens, celui de la vie, trouver ou ne pas trouver, chercher à se dire que ce n’est pas parce que c’est intense que c’est bien, ne pas courir, ne pas faire trop, avoir le temps, prendre le temps, ne pas remplir les journées, ne pas oublier, marcher, garder des blancs, acheter peu mais bien, voir peu d’amis mais bien, se coucher un peu tard, traîner, regarder les étoiles, écouter les grillons, mon son préféré, écouter du piano, tout se dire, être si semblables, si unis, si fusionnels, toujours, se nourrir, approfondir, refaire le monde, se répondre, se construire, construire, tout balancer et s’embrasser. 

 

Repas spécial 1 an (et des poussières)

J’adore préparer le même repas pour les grands et pour les petits, même quand nous avons des invités. Je vous livre un exemple de repas de saison qui peut très bien fonctionner pour les uns et pour les autres.


Focaccia nature

Incontournable, tellement simple, qui fait son petit effet, et qui contente tout le monde.

  • 250 g de farine (T65, ou T80, ou un mélange)
  • 20 cl d’eau tiède
  • 1 càc de sel
  • 2 càs d’huile d’olive vierge extra
  • 6g de levure fraiche de boulanger (ou 1/2 sachet de sèche)

Mélanger la levure avec un peu d’eau avant de l’incorporer à la farine. Ajouter le sel, l’huile, et le reste d’eau progressivement. On obtient une pâte un peu collante mais elle doit former une boule quand même. Couvrir d’un peu d’huile d’olive avec un pinceau, puis laisser reposer 1h30.

Abaisser avec le plat de la main sur une plaque recouverte de papier cuisson. Appuyer avec le bout des doigts pour former de petits trous. Laisser encore reposer 30 minutes.

Badigeonner d’une à 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, et enfourner 20 minutes à 230 °C.

Tzatziki

Le gros coup de foudre de Camille, qui passe aussi tellement bien chez les grands.

  • 3 yaourts au lait de brebis
  • 1 petit concombre
  • 5-6 feuilles de menthe

Râper le concombre à l’aide une râpe à gros trous au dessus d’un chinois dans un grand bol, laisser reposer 45 minutes pour qu’il rende son eau. On peut presser le concombre à la fin pour qu’il ait vraiment le moins d’eau possible. Mélanger le concombre avec les yaourts et la menthe dans un saladier, saler légèrement. Le tzatziki se garde au frais 3 jours.

Velouté carotte-orange

  • 1 botte de carottes nouvelles (ou 600g de carottes)
  • 1 orange
  • 5 feuilles de basilic

Faire cuire les carottes à l’étouffée, et réserver. Presser l’orange et prélever son zeste si elle est bio. Mixer l’ensemble, ajouter de l’eau jusqu’à obtenir l’épaisseur désirée, et saler à la fin.

Je sers ce velouté froid dans des verrines, les invités sont toujours conquis, et ça fonctionne très bien chez Camille. Je lui donne souvent avant d’ajouter l’eau, à un état encore épais de purée.

Gâteau moelleux rhubarbe-fraise

(C’est un gâteau tout simple, très sain et non sucré, on trouvera simplement les dattes et la fleur d’oranger pour adoucir son goût. Camille en raffole, et moi aussi. Pour des adultes qui auraient un besoin plus fort de sucre, on peu très bien le proposer nappé d’une cuillère de miel, ou de sirop d’érable… Je l’avais servi avec une petite salade de fraises et un bon thé vert.)

  • 150 g de farine (de petit épeautre ici)
  • 1 càc de levure
  • 1 yaourt 
  • 2 oeufs 
  • 5 grosses dattes moelleuses (ou 7-8 petites mises à tremper quelques heures), coupées en petits morceaux.
  • 2 cas d’eau de fleur d’oranger
  • 2 cas d’huile d’olive
  • 4 bâtons de rhubarbe découpés en gros morceaux et quelques fraises

⁄On peut tout à fait imaginer une version végane en remplaçant les oeufs par 2 bananes écrasées, et en optant pour un yaourt au lait de soja./

Préchauffer le four à 180°C.

Mélanger les ingrédients dans l’ordre. Disposer la pâte dans un petit moule à gâteau (ou un moule à tarte), et déposer les fruits sur le dessus, en appuyant légèrement.

Enfourner 30 à 40 minutes.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Au lait.

Parmi mes grandes gloires conjugales figure en bonne place, outre le fait d’avoir compris la règle du hors jeu et de déléguer l’entière maîtrise de la machine à laver, la progressive certitude d’avoir converti un homme au lait végétal. Lui qui buvait son chocolat chaud tous les matins me surprend désormais à ne jurer que par le lait de riz, et à me demander s’il peut faire la semoule au même lait (de riz, donc), les crêpes, et les gaufres du dimanche. Et son visage s’illumine comme s’il était saisi d’un transport qui absorberait toutes ses facultés d’âme. Il est de ces satisfactions qui ne coûtent pas grand chose et qui font bien sourire, car on se réjouit toujours davantage d’avoir converti presque sans rien dire plutôt qu’après force raisonnements, et qu’il est toujours charmant de voir autour de soi un bienfait dont on ne se sait qu’à moitié responsable.

Ce qui est drôle, c’est que moi-même, je ne buvais jamais de lait avant de découvrir les laits d’amande, d’avoine, ou le fameux petit-épeautre-noisette (Hashtag AMAGAD). Depuis pas mal de temps, je les fais maison, ce qui représente à la fois un gain d’argent et le plaisir de profiter chaque jour d’une boisson que j’ai faite moi-même, et cela nourrit ma fierté (il m’en faut peu). C’est vraiment le plus simple du monde, il suffit de penser à laisser tremper les ingrédients le matin pour préparer le lait le soir, et j’en ai pour la semaine. (Parfois moins, ce qui m’amène à en refaire, ou alors, je bidouille en l’allongeant avec de l’eau. Que celui qui n’a jamais mis un peu d’eau dans son lait d’amande me jette la première noisette.)

J’en mets à peu près partout, dans mon bol du matin, dans les porridges de Camille, pour préparer les gâteaux, dans mon dessert du soir, froid, chaud, nature ou mélangé avec un peu de cannelle ou de vanille, ou les deux les jours de grande débauche. Bref, le lait qui-n’est-pas-du-lait coule à flot chez nous et nous procure des satiétés et des sourires qui ne sont pas des substituts.

J’ai testé plein de méthodes et d’ingrédients avant de trouver la formule que je trouvais la plus simple et la meilleure, et qui pouvait se boire telle quelle, sans avoir besoin d’être cuisinée ou réchauffée, ce qui est délicat avec les laits végétaux maison. Juste entre parenthèses, je vous explique comment je procède. On ne sait jamais, ça peut vous inspirer.

Lait (maison) avoine-cajou

(Pour un petit litre)

Six heures à l’avance :

Je mets à tremper 150g d’ingrédients secs : 100g de flocons d’avoine, 50g de noix de cajou. (Mais je mets parfois des noix, ou des noisettes, ou des amandes, à la place des noix de cajou, il faut alors changer l’intitulé de la bouteille, je vous laisse adapter votre étiquette.)

Le soir : (Ou le matin si vous faites le matin, vous me suivez, oh.)

Je rince les ingrédients. Je les mets dans un blender avec 800 ml d’eau, je mixe, puis je filtre : je passe l’ensemble dans un sac à lait végétal. (Et « sac à lait » n’est pas une insulte, même si cela y ressemble, sachez que, contrairement aux apparences, c’est une locution très correcte.)

Je verse l’ensemble dans une bouteille. La mienne est celle-ci, c’est un caprice de star mais elle est jolie et pratique. J’ai la version petite, tout ne tient pas dedans, ça dépend des fois, alors je mets dans un petit bocal en plus. Je vous laisse voir les choses comme vous voulez avec vos bocaux personnels.

(J’utilise l’okara, c’est à dire le petit résidu non-filtré, dans les pâtes à gâteaux ou à crêpes la plupart du temps.)

Ma nouvelle manie depuis Noël consiste à rajouter un ingrédient gourmand au moment du mixage. C’est totalement facultatif. Mais c’est très bon. À chacun de voir s’il juge le superflu nécessaire, ce qui ferait un bon sujet de philo.

Exemple d’ingrédients gourmands : (au choix, pas tous en même temps)

-3-4 carrés de chocolat

-4 dattes

-1 biscuit  (ou 2) (speculoos, ou un sablé, ou n’importe quel gros biscuit qui va rendre le tout vraiment décadent, vous voyez le concept.) (C’est ma manie actuelle, j’en suis folle.)

-2 càs de miel, ou de sirop d’érable…

Ou, les duos :

4 carrés de chocolat blanc + 2 càs de sésame

1 càs de thé matcha + 1 pincée de vanille

1 càs d’écorces d’oranges confites + 1 càs de purée d’amande…

On peut donc s’amuser avec environ tout ce que qu’on veut de ses placards ou son frigo, même s’il est préférable d’éviter le reste d’épinards ou d’endives (mais après tout, vous faites comme vous le sentez).

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer