Les Mots Ailés dans un magazine?

Sthings3

Alors, aujourd’hui, j’ai une jolie et folle nouvelle, en forme d’histoire. Je tenais à vous la raconter, parce que son existence tient beaucoup à vous tous.

Dites, ça vous dirait de trouver mes mots sur du papier, du vrai papier glacé, régulièrement chez votre marchand de journaux?

J’ai eu la chance de faire la rencontre virtuelle d’Iris Maluski,   responsable éditoriale du pôle maison d’Oracom et rédactrice en chef de Simple Things. Ce magazine, j’imagine que vous le connaissez. Il s’agit d’un joli bimestriel tout en douceur, pour lequel j’ai eu un véritable coup de coeur dès les premiers numéros. Le soir où je le rapporte chez moi est toujours comme une petite fête un peu régressive, et je le feuillète alors pour m’imprégner de son esprit, avant de me le réserver pour les jours et semaines à venir. C’est un des rares magazines que je lis entièrement et dont j’aime parcourir les archives. J’adore son ton, léger sans être superficiel, et c’est toujours un joli moment de détente et de déconnexion que de m’y plonger. Je n’ai donc pas été extrêmement surprise de voir qu’Iris est, comme une évidence, d’une très grande gentillesse, et d’une vraie simplicité, ouverte et positive.

La nouvelle un peu incroyable est ici : la plume des Mots Ailés va avoir (et a déjà eu en partie) une petite place dans la construction des Simple Things à venir.

CEL_8826

La première étape est aujourd’hui, dans la dernière page du numéro février-mars. Cette dernière page est toujours une tribune consacrée aux « bonheurs simples », et j’ai été très honorée de devoir à mon tour chercher les mots sur ce sujet si joli, si large, si délicat, si limpide et si complexe en même temps. Ce texte, je ne sais pas s’il va vous plaire, j’en ai travaillé chaque mot, analysé chaque virgule, je l’ai raturé sur papier, retouché dans tous les sens sans le montrer à personne, je l’ai tant relu, rectifié, amendé d’une trouvaille soudaine, puis modifié encore. « Parler du bonheur »… J’ai fini par me dire qu’il n’était pas parfait, mais qu’il venait du fond de moi, et la sincérité est toujours gage de résultat acceptable ; je l’ai lu à voix haute (il faut toujours lire un texte à voix haute), et j’ai appuyé sur « envoyer. » Et aujourd’hui, je le vois là, imprimé sur des milliers d’exemplaires, et cela fait tout drôle.

Les étapes suivantes seront dans les prochains numéros : je suis à la fois toute timide et toute heureuse de vous dire que vous pourrez me retrouver au coeur du prochain magazine dans deux rubriques déjà existantes. Je ne vous dis pas lesquelles, pour garder un peu le mystère, (et puis parce qu’on ne sait jamais, la rédac-chef peut changer d’avis d’ici les bouclages). Mais si vous me connaissez vraiment bien, vous pouvez deviner, ou au moins une des deux. Donc, voilà, c’est totalement fou, et je n’en reviens pas. Alors c’est sûr, je ne vous annonce pas que l’intégralité de mon Oeuvre sort chez la Pléiade, tout cela n’est pas grand chose, je suis la première à mettre l’affaire en perspective. Toutefois, hier soir, j’ai été tellement émue de voir mes mots qui parlent du bonheur sur du vrai papier glacé. Ça n’a l’air de rien, mais je vous promets, les voir pour de vrai, là, au milieu des rayonnages, m’a procuré une sensation incroyable, et des frissons confus et souriants entretenus par l’idée que l’aventure allait continuer.

Plus exactement, c’est le moment de l’écriture de ces articles qui m’a le plus fait vibrer. Le fait d’avoir pour de vrai un éditeur qui t’écrit « je choisis ce sujet-là, X caractères, soyez poétique merci bisou », et d’être ensuite dans ton canapé devant la page blanche, sincèrement, c’est étourdissant. (Et c’est angoissant au stade environ du terrible, soyons honnêtes.) Je crois que je n’aurais pas réussi si Iris ne m’avait pas laissé une liberté si grande (c’était quasiment carte blanche!), si elle ne s’était pas montrée si ouverte, si confiante, et si enthousiaste. Je crois également, je suis même persuadée que je n’aurais pas réussi si vous n’aviez pas été là, vous ici. Vous les lecteurs des Mots Ailés, qui m’avez encouragée et portée. Devant ma page blanche, je pensais à vous, je faisais comme si j’écrivais pour vous. Le mécanisme de l’écriture est curieux et insaisissable, et il a besoin, en plus de l’habitude, de l’assurance que procure chaque lecteur pour passer les vitesses. C’est grâce à chacun de vous, ceux qui commentent, mais aussi les silencieux, ceux qui ont partagé un article, plusieurs, ou qui ont simplement offert leur discrète présence, les centaines (milliers!) qui sont là chaque jour, abonnés ou non, que je vois mes mots aujourd’hui et demain sur du papier qui brille. Alors, merci, merci, je vais arrêter parce que sinon ce sont mes yeux qui vont briller. Ce ne sont que quelques mots, n’exagérons rien, mais que voulez-vous, voir des mots qui s’envolent comme des traits en plume, c’est un peu toucher à l’essence même de ce qui me plaît dans ce monde.

Je vous embrasse tous et vous dis à bientôt, sur du web et sur du papier.

Sthings2

Partagez la nouvelle sur les réseaux sociaux et autour de vous! 

J’ai testé : a blind legend

(Petit préambule : un grand bienvenue à tous les abonnés à la nouvelle newsletter! J’aime beaucoup ce moyen d’en dire un peu plus à des happy-few, d’annoncer un (ou plusieurs) articles de manière plus douce qu’en utilisant les réseaux sociaux. Non? Et puis, je peux ainsi vous offrir des photos inédites incroyables, des anecdotes de tournage, et le grand bêtisier. Une version collector, sans nul doute. 🙂 )

Un article tout court pour une découverte à partager de bouche à oreille.

LMA-ABL1

Bonjour à tous! Voilà, j’avais envie de vous faire part d’un coup de cœur récent. Mardi est sorti une application Iphone et Androïd qui a longtemps mûri son code dans les tuyaux et qui tient ses promesses, au point qu’en quelques jours, j’y ai consacré une partie significative de mes heures de détente – et j’ai a-do-ré. Oui, moi, un jeu, adoré, oui, vous avez bien lu.

Je vous explique?

A blind legend est une co-production entre DOWiNO et France Culture, et a été financé en partie grâce à une campagne de financement participatif sur la plateforme ULULE. C’est un jeu dans lequel vous êtes Blake, un chevalier, qui avance en plein moyen-âge dans un monde très arthurien (avec des petites tendances fantastiques) et plein de dangers, regorgeant de combats à l’épée contre des ours et des brigands. Vous êtes poursuivi par le roi, vous devez vous cacher partout, traverser des forêts, jouer de l’épée et du bouclier, retrouver votre femme capturée, et, comme si cela ne suffisait pas à vous compliquer le boulot, vous devez veiller sur votre petite fille qui vous accompagne dans votre aventure (et qui a une tendance intrépide à courir partout). Bon.

Sauf que… vous êtes un chevalier aveugle.

Le jeu, conçu pour les aveugles -mais pas que-, se joue avec un casque, l’écran reste (presque) toujours désespérément noir, tout se passe dans vos oreilles. Pour avancer et se diriger, il faut effectuer un mouvement de doigt sur l’écran, double-taper pour dégainer l’épée, pincer l’écran pour s’abriter du bouclier. Pour se diriger, il faut se fier aux sons, à votre petite fille qui vous appelle, (« Par ici, non, par ici! ») et être très attentifs aux sons de gauche à droite.

Soyons clairs : c’est absolument, mais absolument génial.

Je n’ai jamais beaucoup joué aux jeux type jeux vidéos de plateau (ou non), (à part Mario mais Mario ne compte pas ♥), mais je me suis totalement laissé séduire à la fois par le principe et sa réalisation. Dès le chargement du jeu, on entend un cœur qui bat, votre cœur de chevalier, qui accélère si la situation se gâte dans les combats. Le schéma général du jeu est remarquablement abouti, des aventures par niveaux, des vies à perdre (ou gagner), des combats, un petit Seigneur des anneaux-Zelda-Game of Thrones par étapes et en itinérance. L’application est extrêmement nouvelle par son principe : si l’idée avait déjà été réalisée il y a quelques années (Papa Sangre, en 2011) l’expérience d’alors contenait un menu minimaliste, à la différence de A Blind Legend qui prend le parti de l’écran vraiment noir. Vous verrez, on a rapidement envie de jouer avec les yeux fermés, et l’on devient extrêmement attentif à l’ambiance sonore, aux bruitages, aux reconstitutions d’atmosphère (ah, le petit marché, l’église qui sonne, ah, la forêt et les oiseaux …), aux voix, et surtout à la dimension panoramique du son. (Le jeu est un terme de long travail technique autour du « son binaural », c’est à dire de la création d’une atmosphère sonore en 3D. Le résultat est vraiment bluffant, même avec un casque lambda.)

Un jeu pour aveugles donc, mais aussi et largement pour les autres, et je suis conquise par cette ambition de viser un double public dans une application qui sera reçue différemment par les non-voyants et les valides en restant tout aussi intéressante. Les premiers pourront trouver en elle, enfin, un jeu vidéo captivant, et les autres…auront l’occasion de tester une expérience totalement inédite, dans laquelle il faut se fier uniquement à son ouïe pour progresser, ce qui est à la fois drôlement intéressant et diablement amusant. Enfin, voilà, moi, j’ai adoré fermer les yeux et me laisser envahir par le jeu, cela m’a totalement aidée à oublier tout le reste et me distraire encore plus.

A blind legend, l’application est gratuite sur Iphone et Androïd.

Le niveau 1 est également téléchargeable sur PC pour se faire une idée (mais attention, vous risquez d’être très frustré de ne pouvoir aller plus loin!)

 LMA-ABL

N’hésitez pas à soutenir ce projet, et à le partager tout autour de vous! 

(Si cet article vous a plu, vous pouvez le diffuser grâce aux petites icônes ci-dessous.)