Deux mille seize

voeux2016

Je vous souhaite la force de croire en vos rêves, la résolution de les planter en terre, la patience de les voir croître, et l’audace de les laisser vivre libres. Je vous souhaite de mêler en vous le dur et le doux, de rester fermes et de savoir vous ouvrir, de tenir bon et de lâcher prise. Je vous souhaite des rires à n’en plus finir, des voix d’enfants, des mains ridées, des paumes tendues, des doigts croisés, à coeurs ouverts. Je vous souhaite de savourer la joie d’être entourés, et de goûter le bonheur de vous rencontrer vous-mêmes ; je vous souhaite de vous aimer autant que vous aimez les autres, de vous pardonner autant que vous pardonnez aux autres, d’avoir confiance en vous autant que vous avez confiance en ceux qui vous portent.

Je vous souhaite des idéaux, des graines semées, des fleurs offertes, des décisions folles, des joies en bouquets qui ne fanent pas.

Je vous souhaite la tendresse d’accueillir les larmes, le soin de les sécher, le calme d’en voir l’éclat. Je vous souhaite la force des frissons, je vous souhaite des livres et des chants, des promenades de nuit, des flûtes de champagne et des tasses de tisane, je vous souhaite des étreintes folles et des baisers lents, je vous souhaite des têtes posées sur vos épaules et des avions qui décollent.

Je vous souhaite de regarder autour de vous et de savoir fermer les yeux, d’avancer sans ciller, d’accepter que tout passe vite, que le compte à rebours soit lancé, et d’aimer, d’aimer encore. Je vous souhaite d’avoir la folle sagesse de ne pas vous taire, l’audacieuse timidité de pouvoir murmurer, je vous souhaite des nuits blanches, des heures oubliées et des espoirs dévorants, je vous souhaite le calme qu’il faut pour oser et le cran qu’il faut pour s’abstenir. Je vous souhaite le courage de risquer les cicatrices et la force de risquer la prière, pour tous ceux qui ont participé de ce que vous êtes à cette seconde précise. Je vous souhaite de traverser 2016 à pleines voiles, confiants en vos étoiles, celles qui vous guident, et celles que vous cherchez. Vivants.

36 commentaires sur “Deux mille seize

  1. Magnifiques voeux en ces premières heures de nouvelle année !
    Je vous souhaite en retour tout cela !
    Merci pour vos très belles pages que je viens lire, silencieusement le plus souvent.
    Très belle année à vous !

    1. Merci à vous, Emilie! Je suis très touchée de lire les mots d’une lectrice de l’ombre! Merci d’être sortie de votre réserve 🙂 Je vous souhaite une merveilleuse année!

  2. Je ne trouve pas les mots pour te souhaiter en retour et avec autant de poésie tout ça. Mais je te le souhaite très fort aussi.
    Merci d’avoir rempli 2015 de tes mots précieux – je suis au taquet (expression de 1990, au moins ?) pour les dévorer en 2016.
    Belle année !

  3. C’est tellement beau, merci à toi de nous souhaiter toutes ces belles choses !
    Et moi je souhaite que tu continues à nous émerveiller et nous toucher avec ta plume magique 😉

    Belle et heureuse année à toi, Cél

    Marine

    1. C’est très touchant Marine, merci beaucoup! Je promets d’exaucer ton souhait! 🙂 (Enfin, d’essayer!) Magnifique année très green à toi!

  4. Il me semble n’avoir encore jamais posé de mots ici. Je reste silencieuse, je lis, je m’émerveille, je souris, je me promets de revenir. Mais là, même si la beauté et l’authenticité de ton texte me laisse sans voix, tant je suis touchée, que j’en ai les larmes au yeux et que je suis profondément séduite, je me dis que c’est sans doute le bon moment pour te dire Merci, un merci peut-être un peu maladroit mais qui vient du fond du coeur. Je te souhaite une belle année, beaucoup d’amour et de rêves…

    1. Je suis très émue de ton commentaire, Camille, merci, merci d’avoir “osé” sortir de l’ombre, je ne pensais pas vraiment émouvoir avec ce texte (ni avec aucun autre en fait, enfin, pas vraiment), donc je suis extrêmement touchée. Pour l’amour et les rêves, c’est le plus joli souhait du monde, merci. Qu’ils soient aussi de ton quotidien pendant ces 366 jours 🙂

  5. Je suis comme qui dirait une “lectrice de l’ombre” : bien que ne ratant pas l’un de tes billets, je les commente rarement. Mais je sors de mon silence pour te remercier de ce très beau texte et te souhaiter à toi aussi, mais avec beaucoup moins de poésie une très bonne année 2016. Qu’elle soit remplie de grands et de petits bonheurs, de ces petits instants qui font la beauté de la vie…

    1. Chère cuillère (et saladier ;)), je suis touchée de ton commentaire, merci infiniment. Merci d’être sortie de ta réserve, c’est adorable! Très belle année à toi!

  6. C’est si doux, et ça fait beaucoup de bien de commencer l’année comme cela, avec tes mots, de la poésie et de la douceur. merci de nous bercer ainsi. J’aimerais te souhaiter tout ça et même plus avec de jolis aussi mots, mais je me contenterais d’inférieurs trois et de câlins virtuels.

  7. Oh que c’est beauuuuu ou comment se rendre compte qu’il y avait un joli article pour cette année 2016, année de la joie, APRÈS avoir rédiger le-dit com’ -presque- pas au bon endroit xD ! Bref, j’me comprends xD !)

    Des bisettes du cru de 2016 (un bon cru, promis 😉 !)

    1. Ok, résolution de 2016 : (ré)apprendre à publier des commentaires correc’ement xD

      Pour de vrai, après le “beauuuuu” et avant le “ou comment”, ça ressemblait à ça :

      ” !!! (cf. l’article précédent avec commentaire sur la nouvelle année inside xD -> ou comment …”, blablabla la suite ^^

      (sorry sorry pour ce raté jolie Cèl ! … remarque, pour un éventuel bêtisier des com’, il serait parfait 😉 )

      M’enfin, c’est la bonne excuse pour t’envoyer encore plus de bisettes mais saveur noisette cette fois =)

  8. Tant de poésie, de justesse, de bienveillance, de délicatesse.
    Ta plume est faite d’étoiles et danse avec les circonvolutions de l’âme. Tes mots sont pareils à de petits oreillers douillets sur lesquels nos cœurs peuvent se pelotonner, à des bouchées de tendresse qui font comme une fièvre tiède et veloutée.
    Merci pour ta prose ailée.
    Merci pour les horizons et les empyrées.

    Je flâne dans ton monde de merveille depuis peu, mais chaque visite est comme un onguent bienfaisant sur les petites entailles du quotidien, une évasion enchantée.
    Ne t’arrête jamais.

    Bien rêveusement,
    Laetitia

    Petite apostille : l’épopée d’Ewilan a également nimbée mes jeunes années d’héroïsme et d’imaginaire… Je comprends et partage donc ton joyeux enthousiasme pour ce livre!

    1. J’ai été profondément touchée par ton message, Laetitia. Je ne sais pas du tout trouver les mots pour répondre à tout cela, et me trouve très maladroite… Merci, simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *