J’ai envie…

J’ai des envies de repli qui côtoient les envies d’ailleurs, j’ai des envies de chaud, de plaid loin du monde, écoutilles fermées et toutes voiles dehors. J’ai envie de temps arrêté, de ton visage qui ne changerait plus, de ta taille qui resterait la même, de ta voix qui dirait toujours les mêmes syllabes, et en même temps, j’ai envie d’un grand petit garçon qui mangerait son goûter à côté de moi. Je l’imagine tu sais, il aurait des cheveux châtains, et des yeux bleus, dans ma tête à nuits blanches, il aurait une salopette et un pull qu’il laisserait traîner. J’ai envie parfois d’être à deux comme avant, mais pas longtemps, parce que j’ai envie de penser qu’en prolongement de nous tu étais déjà là, que nous avons toujours été trois, ou plutôt, que nous avons depuis longtemps été deux plus… quelque chose.

J’ai envie d’une fuite triangulaire, d’un trio d’hirondelles, dans une cabane au Canada, parce que j’ai toujours rêvé d’y aller un jour, comme dans les romans de Nicolas Vanier, une vraie cabane avec des troncs de bois perdue sans personne autour, mais plein de sapins très hauts. J’ai envie qu’on s’y enferme et qu’on fasse des feux de joie et des baisers de paille. J’ai envie qu’on ne pleure jamais à l’intérieur, ou alors juste parce qu’on serait très heureux, et on fredonnerait dans la nuit, et on ferait d’autres bébés. J’ai envie des joues de mes deux hommes, qui ne sont pas à moi, mais quand même un peu. J’ai envie de l’odeur du café, de celle du chocolat, j’ai envie de cuillères de miel très cristallisé. J’ai des envies sauvages, j’ai envie de passer du temps avec ceux que j’aime en silence, sans musique et sans parole, juste en bruissant de sourires. J’ai envie qu’il n’y ait rien d’autre à faire.

J’ai envie d’avoir confiance dans ce quotidien, j’ai envie de ne pas penser « alors c’est ça, et ça sera toujours comme ça maintenant ». J’ai envie de faire le point sans culpabiliser, sans me juger, sans avoir peur. J’ai envie de ne pas trembler, j’ai envie qu’il me fasse rire, qu’il me rassure pour toute la vie. Ce n’est pas écrit dans nos alliances, ça, « fais-moi rire et rassure-moi pour toute la vie ». On a fait graver quelque chose en grec à la place mais qui ressemble, parce que ce contrat-là, on a signé avec les yeux, on a dit oui, et on y arrive si bien que ça fait joli. Surtout lui.

J’ai envie d’acheter une fleur, une fleur rare, j’achète si rarement des fleurs, je préfère les voir en vrai, mais là j’ai envie, je ne sais pas pourquoi, et j’ai envie de la mettre dans un vase de verre, et de te la montrer. J’ai envie que tu touches mes cheveux le plus délicatement du monde comme tu t’amuses à le faire en ce moment, parce que ces déclarations d’amour filial-là, je les reçois les yeux ouverts.

J’ai envie de me dire que ce n’est pas grave si tu n’es plus dans mon ventre, parce que c’est mieux avec toi dehors, mais quand même, j’aimais bien. J’ai envie de me dire que j’ai bien fait, ça et ça, et tout, on devrait toujours se dire en vrac, comme ça, et sans même savoir de quoi on parle, « tu as bien fait ». J’ai envie que pour une fois ce soit moi qu’on rassure dans la nuit en me donnant ma tétine et mon doudou. J’ai envie de ne plus avoir de téléphone portable. J’ai envie de regarder des séries en mangeant du pop corn. J’ai envie d’avoir les ongles bleu foncé ou vert sapin, ce que je n’ai jamais. J’ai envie d’un bain, un vrai bain comme quand j’étais enceinte, et que mon ventre faisait comme une petite oasis. J’ai envie d’une pomme au four, du babillage qui m’appelle quelque part toujours, j’ai envie de me bercer encore -oh, juste un peu- de l’illusion que je suis, même pas longtemps, même pas vraiment, indispensable.

Et vous, vos envies, là aujourd’hui?

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

17 commentaires sur “J’ai envie…

  1. J’ai envie d’un feu dans le poêle, j’ai envie d’un goûter rempli de douceurs là tous les 5, j’ai envie d’aller courir dans la forêt avec mes copines, j’ai envie d’aller voir la mer et me baigner encore une fois, j’ai envie de les entendre rire et parler de leur sport favori qui est le même pour tous les 3 le rugby, j’ai envie de regarder avec eux un match et tricoter, j’ai envie de soleil, j’ai envie de pluie. J’ai de la chance et j’ai envie d’en profiter

  2. Tu grandis tout autant que Camille et c’est aussi ça la vie. Accepter sans jamais renoncer pour autant. Trébucher pour mieux se relever. Continuer, toujours et renaître chaque jour. Oui, ça ira. Tu ne dois pas en douter.

  3. J’ai envie d’être dans la forêt loin de tout, dans une cabane, à l’abri de la pluie, écoutant les gouttes ruisseler entre les feuilles et sur le toit. J’ai envie d’étreintes serrées avec des amis, des amies, des amoureux, celles où l’on ressent l’authenticité, la simplicité, et surtout le cœur. J’ai envie de chocolat, en écoutant de la musique sous la couette, d’aller manger une glace, avec des amis, à l’improviste. J’ai envie de ne rien faire, et d’accomplir mille et un projets. J’ai envie de lire « les mots ailés » lorsque je suis bien reposée, au calme, profitant de chaque mot et intérioriser ceux-ci dans le cœur. J’ai envie d’embrasser les joues de bébé. J’ai envie d’écouter le silence en belle compagnie , et de parler avec les yeux. J’ai envie de vivre l’instant présent , dans le lâcher prise, de suivre mon intuition. J’ai envie d’écouter le livre audio du « Petit Prince » de St Exupéry. J’ai envie de voir avec le coeur. J’ai envie de te dire merci pour cet article.

  4. J’ai envie de m’enfuir, pour me retrouver seule et pouvoir réfléchir, pasque je réfléchis mieux seule, j’ai envie de trouver la solution à notre problème, même si en vrai je la connais déjà, j’ai besoin que mon coeur l’accepte, mais il est trop attaché à lui, après tout ce temps, j’aimerais que d’un coup l’idée de se séparer ne fasse plus mal, qu’on y voit tous les 2 l’opportunité de faire nos vies comme on l’entend, car c’est évident, on ne les entend pas de la même manière, nos futurs, qu’on se dise merci, c’était bien, toutes ces années, on s’est fait du bien, et maintenant on passe à autre chose, j’ai envie que ce soit simple, j’ai envie que ce soit déjà fait, et qu’on soit déjà demain, cette aube d’une nouvelle vie pour nous 2, chacun de notre côté, avec de beaux souvenirs en tête, oui, se souvenir du meilleur et oublier ces derniers mois difficiles de séparation qu’on sait inévitable mais qu’on refuse d’affronter, j’ai envie de respirer, j’ai envie de pleurer, beaucoup, et j’ai envie de me sentir libre à nouveau.

    1. Anna, j’ai envie de vous dire : j’ai envie que vous trouviez votre chemin, j’ai envie que retrouviez le sourire et que l’automne vous enveloppe de sa douceur, comme une amie qui poserait la main sur votre épaule !

  5. Oh oui, moi aussi j’ai des envies … envie de tanière au fond des bois, avec mes petits qui sont aujourd’hui plus grands que moi, comme ces oiseaux qui nourrissent leurs bébé-géants. Le vendredi on se serre les uns contre les autres : enfin ensemble ! A peine rentrés on rêve de s’enfuir pour vivre notre vie ! Envie de voir des gens, et en même temps avoir tellement besoin d’être seule, sans téléphone annonceur de mauvaises nouvelles. J’ai des envies de tarte tatin et de feuilles croustillantes d’automne sous mes pas. J’ai envie de froid et de pluie, parce que j’ai eu trop chaud tout l’été, moi au sud, qui ne suis pas une fille du sud. Les yeux brûlants de soleil, j’ai envie de gris souris de douceur et de reflets cuivrés.
    Et j’aime tellement vous lire, oserais-je vous dire que j’ai envie que vous écriviez plus ?, que j’ai envie de lire vos livres ceux que vous aviez envie d’écrire, ceux que vous avez envie d’écrire et ceux que vous aurez envie d’écrire !

  6. On vole, on virevolte dans tes mots Céline (j’ai lu cette expression dans un commentaire sur le blog de Caroline, et je crois que oui, la personne a touché du doigt, la magie un peu de vos écrits à toutes les deux, la douceur, la sensibilité et l’impression de voler de mot en mot comme on volerait de nuage en nuage, et puis c’est doux les nuages, un peu comme vos mots) <3

  7. J’ai envie de te dire merci. Pour ces mots qui résonnent, pour cet article « comme une petite oasis » (c’est si vrai pour le ventre, ça me le fait aussi), pour ce subtil dosage entre la nostalgie de l’avant et le surprenant délice de l’instant <3

  8. Oh, comme c’est doux. J’espère que tes hommes pourront te câliner, et ne doute pas que « tu as bien fait ».

    Pour ma part, j’ai envie d’y voir un peu plus clair dans ma vie, de savoir ce qui me plait et ce que je veux faire. Prendre un peu de recul seule, prendre un peu de vacances avec mon amoureux juste lui et moi et rien d’autre au milieu de nulle part. J’ai envie de coussins moelleux, j’ai envie de réapprendre à cuisisner, j’ai envie de douceur et de lenteur. J’ai envie d’apprendre à me motiver, à vouloir. Je pense que je vais me mettre à la médiation peut-être pour y arriver. J’ai envie d’arrêter de fumer aussi, pour ma santé et celle de mon amoureux. J’ai envie de journée encore plus longues pour trouver ce qu’il me plait.

  9. J’ai envie que la longueur des jours ne diminue pas trop vite. J’ai encore envie de me baigner même si l’eau est déjà fraîche… J’ai déjà envie de soupes d’automne et de tarte tatin et de crème de marrons mais aussi de trouver encore quelques fraises décalées au jardin. J’ai envie qu’on se parle juste avec les yeux et qu’il ait toujours son sourire d’enfant qui déballe un cadeau. J’ai envie de trouver notre maison de rêve à la campagne. J’ai envie de moins douter, de simplicité et de sourires partagés. Et en secret, j’ai envie qu’elles aient toujours besoin de moi.

  10. J’ai envie de pouvoir pleurer jusqu’à remplir ma grotte comme un aquarium et nager là où je ne peux que marcher d’habitude, d’avoir un épluche-humain pour sentir le frôlement délicieux de chacun sans peur ni masque social, d’étincelle à étincelle, de pouvoir faire l’aller-retour sur la lune en vélo lorsque j’ai une demi-heure de libre et envie de changer de point de vue, d’être immortel sans vieillir mais de pouvoir mourir et renaître lorsque l’envie m’en prend, de partager la conscience et l’intimité de chaque être de l’univers comme si nous avions passé de multiples vies côte à côte, d’être suffisamment sage pour être détaché des lourdeurs de l’humain mais suffisamment sensible pour en goûter toutes les infimes subtilités, de pouvoir voler à travers l’espace sans aucune limite de vitesse et voyager dans le temps comme on navigue sur l’écran d’un smartphone, de laisser sortir toute l’affection stockée en moi juste pour qu’elle prenne l’air frais de ceux qui souhaitent la respirer, d’être un cristal aujourd’hui, un nuage demain, un nouveau né la semaine prochaine, ou un arbuste, puis un dauphin, un haricot, une montagne ou une rivière; une comète pour le week-end…
    J’ai envie de vivre dans une forêt au bord de l’océan, humide le matin, tiède l’après midi, lorsque le soleil brûle le sable qu’on trouve à sa lisière, de silence dans un coin de l’univers où il n’y a rien d’autre que du vide, de pouvoir sentir les plantes pousser lorsque je suis sur le point de m’endormir, d’entendre un appel de détresse d’un bout à l’autre de la terre et pouvoir y répondre dans la seconde, d’être dans la peau d’une femme qui affronte le monde d’aujourd’hui le long de son chemin jusqu’à donner la vie et sentir son évolution à chaque instant, de sentir les caresses et la tendresse d’un être cher pour s’y abandonner sans penser à rien d’autre, d’hurler tout ce que j’ai ressenti depuis ma naissance jusqu’à ce que le silence me gagne et que je puisse m’abandonner à la télépathie pure.
    J’ai envie d’être humain au mieux de son potentiel, hors de toute limite ou concession, entouré de convives plus étincelants les uns que les autres comme un nappage de cristaux uniques et magnifiques, enfin révélés pour ce qu’ils sont.
    J’ai envie de parvenir à être un grain de sable sur une plage infinie et d’y trouver ma place en toute sérénité.

    Merci <3

  11. J’ai envie que la vie soit plus simple. Que le nous soit plus honnête, que nous soyons plus vertueux et surtout plus patient. J’ai envie de, de nouveau avoir confiance en l’autre et que le miroir qu’il me renvois me confirme que je peux me faire confiance. J’ai encore envie d’apprendre sur moi grâce aux autres j’ai envie envie d’entendre le chant des oiseaux lors d’une soirée étoilés ou trop arrosé avec un homme à mes côtés. J’ai envie de liberté et de confidences à la fois. J’ai envie de faire comprendre au monde que non le fois gras: c’est pas BON, ni noble . J’ai envie de solidarité entre les peuplent entre les nations entre les genres et les espèces. J’ai surtout besoins d’avoir des envies sinon je m’éteins. Comme le feu de ta voix après avoir passé une nuit à fumer la chicha en pensant à moi. J’ai envie de te savoir en vie même si je sais que l’on ne se rencontrera probablement jamais, toi l’inconnu qui fera vibrer mon âme. J’ai envie de crier aux humains de respecter la terre. J’ai envie de futur meilleur et de petit bonheur comme une bonne crêpe vegan-banane chocolat-. J’ai envie d’entendre chanter nos âmes et sourire nos cœurs. J’ai envie de ne plus jamais croisé ta meilleur amie jalousie celle qui à détruit mon affection pour toi. J’ai envie de douceur de tendresse et j’ai envie d’accepter que parfois oui, j’hiberne dans la paresse, loin oh oui très loin du stress. J’ai envie de diffuser des messages de paix et d’amour à travers la voie lactée.
    J’ai une envie d’amour digne de l’immensité. Digne de l’humanité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *