Les jours écrits et ceux à écrire

Ce matin, tout est blanc dehors, chaud dedans. Le poêle chante son feu et le café (d’épeautre, mon compagnon de grossesse) est brûlant. Je voudrais laisser mes yeux se perdre dans toutes les fumées, celles qui s’évanouissent trop vite et qui poursuivent leur course avant qu’on ne les touche du doigt. Je me retourne sur 2016, et je souris.

2016, c’était des nuits et des peurs au début, des maux et des larmes, que ses bras toujours balayaient, c’était des espoirs fragiles et des marches de funambule. C’était du travail, beaucoup, de la fierté qui va avec, du recul aussi, parce qu’au fond tu sais c’est pas ça la vie. C’était des projets, des voyages, c’était l’Italie en double, Venise en bis repetita qui placent beaucoup, c’était ces pâtes du Portego le soir de l’arrivée (parce qu’il faut toujours manger des pâtes au Portego le soir de l’arrivée),  les hauteurs de Saint-Marc à l’heure H de mes 30 ans, c’était lui qui me guidait dans les ruelles parce que toujours il est mon guide, c’était un opéra à six dans la nuit, c’était notre amour infini pour ce bout de terre dans l’eau, encore, encore. 2016, c’était l’écriture ici, aussi, vous toujours plus nombreux. C’était ma posture de « blogueuse » qui s’affinait, dans le refus de la course au succès, la volonté de fuir les diktats du chiffre, dans le désir simple d’écrire et de partager en totale liberté, en affranchissement de toute barrière autre que ma petite pudeur. Paradoxalement, c’était aussi la rencontre de beaucoup ici, qui venaient par je ne sais quelle pancarte, pour agrandir la jolie famille des Mots Ailés.

2016, c’était la robe noire du spectacle de danse qui tournait, et les pieds nus un peu écorchés sur la scène, c’était le sourire des enfants pendant les matchs de foot et le maquillage sur les joues, les pizzas aux artichauts, un mariage dans un jardin, une valse dans ma robe bleue, un drôle d’été très froid puis très chaud. C’était un test aussi, un résultat, des larmes de joie, des nausées, le bruit d’un coeur, des images en noir et blanc qui bougeaient sur un écran et qui remuaient le ventre et l’esprit. C’était des annonces, des touts petits coups, puis des plus gros, des premières fois, c’était moi sur tous les fronts, puis moi dans le canapé, et lui qui toujours (me) veillait, c’était des livres, de la musique, des cheveux plus longs et des lunettes rondes. C’était la révolution là-dedans, la vie changée avant le vrai changement, c’était le monde qui devenait en couleur, en trois dimensions, c’était tout en plus fort pour toujours. C’était son regard doux et large et noir posé sur moi avec plus de confiance et d’amour qu’avant, alors que je ne pensais pas que c’était possible, vraiment. C’était son nom, sa peau, sa voix en grand dans mon écran intérieur coloré du même amour plus grand alors que je ne pensais pas, non plus, que c’était possible, vraiment. C’était son soutien, mon soutien, sa main dans la mienne, c’était notre cellule et notre roman à nous, plus beau encore.

2017, je t’attends. Tu seras belle, tu seras une aventure.

Tu seras vivante.



34 commentaires sur “Les jours écrits et ceux à écrire

  1. tes mots me font toujours monter les larmes tellement c’est beau. J’ai toujours l’impression qu’à travers l’écriture on peut enjoliver ou empirer les choses, mais quand je te lis j’ai la sensation que tout est vrai, chaque émotion et chaque frémissement. Belle année 2017 à toi 🙂

    1. Merci Claire, c’est un si joli compliment, j’en suis très touchée! Passe une année 2017 pleine d’émotions vraies et de sensibles heures!

  2. J’ai encore tellement de choses à faire avant ce soir et pourtant quand j’ai vu ton mail je n’ai su résister à l’appel de cet article, à la beauté de tes mots, à l’espoir un jour d’écrire aussi joliment que toi. Félicitation pour cette belle année, profites et merci de m’accompagner dans mon quotidien 🙂

  3. Merci de nous laisser finir cette année en douceur , avec tes mots si justes et respirant de plénitude. Que 2017 soit pour vous tous symbole de rire, douceur, bonheur et souvenirs joyeux!

  4. Comment faire pour que cette dernière journée de 2016 soit plus douce, plus douilette, plus remplie d espoir de lendemains souriants ? Et bien en lisant ton article, avec des chaussettes pilou pilou et un chat qui ronronne tout près, tout simplement. Merci de nous faire partager ta façon, si jolie, si lumineuse, d etre au monde. Puisse 2017 t apporter, vous apporter, son lot de couleurs.

  5. J’ai juste envie de dire que tu me fais sourire et que tu remplis mon cœur de bonnes choses qui font vibrer 🙂
    Que ce réveillon vous soit doux, et que 2017 soit belle et pleine d’amour. On récolte toujours ce que l’on cultive.
    A bientôt douce Cél <3

  6. C’est mon tout premier commentaire sur ce merveilleux blog.
    Simplement pour vous remercier pour vos mots, vos photos et tout ce que vous partagez ici.
    J’ai découvert cet espace complètement par hasard ce mois-ci et ce fut un véritable coup de coeur, coup de de foudre.
    Alors, merci pour la douceur, la simplicité et la délicatesse.
    Ce blog est une bulle comme on en croise peu.
    Très belle soirée à vous.

  7. Il est beau ce bilan. Bien sûr qu’elle sera belle et folle et grande, l’année qui vient ! Je trinque avec toi, café à l’orge et à l’épeautre depuis douze mois ici aussi (si !), à tout cet à-venir.

    Bonne année Céline 🙂

  8. j’arrive après la bataille ….
    mais merveilleuse année à … vous 3 😉
    donne nous vite des nouvelles de ce bout de (chou) Cél 😉
    et tu sais que le yorzo t’attend ici?? maintenant que je me suis rapprochée 😉
    des bisous touplinplin et vite vite des nouvelles !!!!!
    ps : du coup, petite Cél va être obsolète…. sniff!!!
    <3

  9. Céline, tu es trop mignonne avec tes lunettes à la Harry Potter !!
    Merci encore pour tout ces jolis partages, c’est toujours un régal de venir te lire ici, toujours, toujours. Je te (vous) souhaite plein plein de bonheur pour cette incroyable année-aventure qui s’ouvre à vous! Vous continuez de me faire rêver avec votre belle histoire d’amour et de famille <3

Répondre à Eleanor Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *