On rentre?

rentrée1 J’aime l’arrivée de septembre.

J’avoue que je me force un peu à l’écrire, dans un vaste élan d’auto-persuasion, et pourtant, tout est vrai. Au fond, j’aime.

J’aime choisir mon agenda, faire le tri dans mes crayons, avoir ces nouvelles petites choses qui deviennent tout à la fois familières et essentielles. Avoir un nouvel agenda, c’est comme s’habituer à un nouveau boulanger, c’est prendre un passeport pour un inédit qui prendra le goût rassurant de l’habitude. Il faut bouder devant la croûte, trouver la mie un peu différente, avant que l’ensemble ne devienne une pierre d’achoppement du quotidien.

Pour être franche, le choix de mon agenda est toujours le résultat de beaucoup d’énergie employée très habilement dans une quête éperdue. Je ne suis pas difficile, je suis exigeante, c’est tout. J’ai mes petites habitudes, je veux qu’il y ait la semaine étalée sur les deux pages comme un plan de bataille qui se donne à voir tout déplié, et je veux qu’il tienne ouvert, très important. Je veux qu’il commence en septembre, évidemment, je veux qu’il y ait les heures à gauche, que les jours soient en colonne (et pas en quinconce ou en carrés aléatoires, malheureux), et que l’ensemble ne soit ni trop petit, ni trop grand. Pas le format classeur, ni celui du portefeuille. Non, format cahier. Et puis je veux qu’il soit joli, bien sûr, je le verrai tellement, et je sais déjà à l’aube de notre voyage qu’il sera à la fois mon meilleur ami et mon meilleur ennemi.

Autant vous l’avouer : rares sont les élus qui passent les portes de mon paradis organisationnel.

J’ai souvent adopté des Paperblanks, au point que cela devenait une tradition familière pour les élèves qui me retrouvaient. (Mon manque de modestie m’encourage à croire que j’étais pour eux, ou tout du moins pour certains, plus que La Prof aux Agendas Paperblanks, mais allez savoir.)

Cette année, je n’ai pas aimé leurs couvertures, alors j’ai décidé lors d’une escapade à Nantes de lancer l’assaut sur mon futur agenda, tel Alexandre sur Bucéphale aux portes d’Issos. (Certaines passent une journée en ville pour trouver de nouvelles chaussures ou le sac à main idéal, moi c’est un agenda, soyez indulgents.) Alors que je commençais à m’affoler parce que nous constations que plusieurs papeteries du centre ville étaient fermées (plus ou moins définitivement, d’ailleurs, s’il vous plaît, faisons vivre les petites papeteries, la vie est plus jolie avec des jolis papeteries), enfin, le Temple nous apparut. Ouvert. Je veux parler de la boutique « Les Petits Papiers », juste derrière la basilique Saint-Nicolas, qui est environ la plus adorable des papeteries que je connaisse. (Il y a bien trop souvent le mot « papeterie » dans les lignes qui précèdent, oui.) Je n’ai pas fait de photo, parce que j’étais trop prise par la certitude extatique de toucher bientôt au but, mais vous pouvez bien imaginer le lieu si vous ne le connaissez pas : il s’agit d’une de ces trop rares boutiques, grandes comme des boîtes à sucres, qui regorgent de trésors dans tous les sens et de gens qui empêchent de voir toute la collection de masking tape (et oh mon dieu il y en avait des à pois et à étoiles à tomber par terre.) Il y avait des cahiers de toutes les tailles qui étaient, je pense et sans exagérer, les plus beaux que la terre ait portés, avec dedans du papier lisse qui inspirerait n’importe quel écrivain, et puis de petits crayons tout en bois, et des cartes postales toutes différentes les unes des autres, et des rouleaux de papier imprimés de toutes les couleurs avec de petits dessins dessus qui font pousser des cris stridents si l’on est une fille.

rentrée2

Bref. Au milieu, là, j’ai fini par trouver mon futur compagnon de l’année. Il est à spirales donc il s’ouvre bien, et dedans, c’est un pain à la mie comme je la voulais. Il est original et je ne le verrai nulle part ailleurs, il a une tranche rouge et un élastique trop cool qui s’enroule autour, et en plus, comme il a été fait en Italie, les jours et les mois sont indiqués en italien, ce qui est l’argument le plus convaincant du monde.

Avec, j’ai acheté un cahier A5, parce que c’est le comparse inévitable de mon agenda. J’ai lu avec intérêt cet été le fonctionnement florissant du Bullet Journal (Pauline l’explique bien ici, et May en prépare la plus mignonne version du monde ici). Toutefois, si l’ensemble est séduisant, j’ai bien trop développé mon organisation propre depuis quelques années pour tout changer. J’ai un cerveau qui a besoin de constantes. (C’est pour ça que je suis une fille très fidèle.) J’ai donc toujours un cahier, blanc (il faut absolument qu’il soit tout blanc ; s’il y a des lignes, c’est la fin), que je remplis page à page, avec plusieurs couleurs. J’inscris les dates avec les listes de choses à faire, rayées lorsqu’elles sont faites, entre crochets lorsqu’elles sont repoussées. J’écris tout et n’importe quoi, une recette aperçue sur un blog, une idée de texte à écrire, un mantra, un brouillon de lettre, une liste de courses, une liste d’envies. Je garde toutefois souvent ces dernières, ainsi que les choses un peu moins pratiques (liste de sourires de la journée, liste de ce qu’aime untel, récit d’un bon moment, dessin pourri d’une déco envisagée, et autres choses croustillantes) pour un autre cahier, un grand et très joli, un carnet un peu magique, à part. Bref, le petit, c’est le cahier du quotidien, c’est l’allier de l’organisation au jour le jour, ou à la semaine, au maximum, et il y a à peu près toute ma vie dedans. (Une fois, je l’avais oublié au CDI, je ne vous raconte pas l’angoisse.) (Finalement, je l’ai retrouvé intact, il faut croire que l’étagère du fond est rarement visitée.)

Celui de cette année sera violet, il y a écrit « thé des écrivains » dessus, détail formidable parce que j’aime beaucoup le thé, ainsi que les écrivains. Dedans, il a comme du papier parchemin, qui ne bave pas même si l’on écrit au stylo plume. Autant vous dire que la vie est belle.

Je dois être un peu frivole, mais avec ce genre de détail, la rentrée est une étape qui s’envisage tout de suite mieux.

37 commentaires sur “On rentre?

  1. La magie des papeteries… Je pourrais passer des heures dans ce genre de boutique, craquer plus que de raison… me créer un besoin s’il le fallait, même ! Alors je comprends fort bien ton sentiment…
    Concernant la rentrée et l’organisation, j’ai aussi développé la mienne : un agenda qui tient dans le sac à main avec les rendez-vous (professionnels et personnels) en « code couleur » ainsi que les choses à faire (avec aussi un code pour fait/reporté… ), un grand cahier à spirales pour le bureau où je note chaque jour (après avoir mis la date, comme à l’école primaire !) ce que j’ai fait, ce que j’ai à faire et un carnet format A5 pour me servir de « carnet de voyage du quotidien »… Et si j’ai vu le bullet journal, si je m’en suis fait expliquer le fonctionnement, je suis comme toi, convaincue que ce ne sera pas pour moi….
    Bonne rentrée Céline !

    1. Merci Ma’! Alors si je comprends bien, tu parviens à mettre la liste de choses à faire dans ton agenda? Ça doit être pratique, effectivement! Je l’ai toujours envisagée comme quelque chose à part 🙂

  2. Tu parviens si bien à faire passer ta passion entre tes lignes. Comme beaucoup (je pense), je partage cet amour pour les (beaux) cahiers, carnets, agendas. Les mots ont toujours été plus importants pour moi, que les vêtements, chaussures, disques, films, jeux, produits de beauté…
    Sauf que je ne pousse pas de cris stridents lorsque j’atterris dans un endroit aussi fabuleux que celui que tu décris. Pourtant je suis une fille… Je serais plus du genre à gueuler des « wouaaaaaaaaah » ou des « raaaah » ou encore des « woaaargg » ;D
    Bonne rentrée et bon courage pour l’année !

    1. Ah ah 🙂 Effectivement, plus que des cris stridents, ce sont de petites exclamations – et encore, je suis plutôt de l’émerveillement tacite. Mais ces carnets-là justifient vraiment tous les excès! Bonne rentrée à toi aussi Esther!

  3. Oh !
    J’ai vu apparaître le signal d’un nouvel article avec des papillons dans les yeux, parce que bon, je savais que ça allait être chouette, et que la rentrée, moi aussi, j’aime bien, quand même, au fond.
    Et alors en plus je comprends tellement ce besoin d’un compagnon nouveau, soigneusement choisi, cette nouveauté qui devient familière et repère dans les jours !
    Je visualise cette caverne lumineuse de petits trésors pour y avoir fait un tour lors d’une escale nantaise, et en effet, comment choisir, comment repartir déçue…?
    Cet agenda a l’air parfait !

    Me reste à te souhaiter une belle rentrée, avec surprises, découvertes, visages retrouvés (avec plus ou moins de plaisir) et, au fond, excitation de petite fille, parce que c’est la rentrée et que ça sent bon la colle et le cahier neuf…

    1. Je retiens que : tu viens parfois à Nantes, donc, par conséquent, tu vas peut-être revenir un jour, et qu’un café (ou une crêpe) de rencontre serait une merveilleuse perspective. En attendant, je te souhaite une belle rentrée, avec des classes adorables (toujours) et un emploi du temps du tonnerre!

  4. Ahh la folie des petits cahiers.. Je ne connais que trop bien! Et ce que j’aime encore plus c’est retrouver ces cahiers qui t’ont suivis au quotidien, que tu avais oublié il y a des années au fond d’une étagère (toujours pas rangée) et là te sautent au visage ton quotidien et tes envies d’il y a 3,4,5 ans. C’est chouette! 🙂
    Très bel article qui donne envie de rentrer en effet! A bientôt <3

  5. Après deux semaines de recherches et réflexions intenses sur l’organisation à adopter pour ma dernière année au lycée, je pense avoir enfin trouvé une solution. Et quand j’ai enfin eu le déclic et que tout mes amis (et famille) ont bien rigolé de mon obsession sur l’organisation et les agendas, tu publies un article… et pas un article quelconque : un article sur les papeteries, la rentrée ! Tu écris tellement bien, tes mots résonnent et se mêlent au vent qui berce les arbres ensoleillés de l’été que se termine. Tes textes m’ont beaucoup manqué pendant ces vacances (même si les trois articles étaient très beau et poétique) et je suis heureuse de te lire à nouveau.
    Merci 🙂

    1. Ton commentaire m’a beaucoup touchée, Mimi, je n’imaginais pas que j’avais des lectrices lycéennes, j’en suis toute intimidée. J’espère que ta rentrée s’est bien passée. L’année de terminale est une année vraiment belle, elle laisse beaucoup de souvenirs forts, je te la souhaite merveilleuse!

  6. Quelle belle façon d’écrire !
    J’ai suivi ton épopée avec ce petit papillonnement qu’éveille toujours en moi l’arrivée de septembre, bien que je ne sois plus sujette à la rentrée des classes.
    Un joli moment quotidien que l’on vit à travers toi, on s’y croirait.
    C’est chouette comme tout !
    Merci.

  7. Oh, j’adore la papeterie Les petits papiers <3! Une véritable caverne d'Ali Baba! J'y vais souvent, même lorsque je n'ai rien de précis à acheter, simplement pour le plaisir des yeux, tout y est si joli!
    Je t'envie d'éprouver un certain enthousiasme pour la rentrée. De mon côté, terrifiée devant l'inconnu, c'est toujours une étape que je vis avec appréhension et bien des maux. De nouveaux lieux, de nouvelles têtes, un nouveau fonctionnement, tout cela est trop nouveau pour moi même si je sais que bientôt tout cela passera dans le domaine du connu. J'aspire à me libérer un jour de cette pression de la rentrée pour la vivre pleinement et sereinement.
    Bonne rentrée à vous deux et plein de bisous
    Et c'est trop chouette de te lire ici de nouveau :-)!

  8. Ah, cette papeterie. Comme j’habitais juste, juste à côté, je passais (très) souvent à côté et ça suffisait (presque) à rendre ma journée merveilleuse (entre ça et Durance et le petit magasin de cosmétiques bio pas loin, c’est le paradis 😉 ).
    Voilà, plein de bisous Céline !

  9. Heureusement que je peux lire ton billet en cette veille de (pré) rentrée, n’ayant pas plus que cela le coeur à reprendre, il me donnerait presque envie d’y être déjà (bon, j’essaye aussi un peu l’auto-persuasion, je l’avoue).
    J’ai toujours aimé tout ce qui est papeterie, je me retiens souvent de m’acheter un énième carnet. J’aime autant l’objet que tous les possibles qu’il m’évoque: nouvelles idées, nouveaux projets, nouvelles inspirations…
    Je me force un peu à ne plus m’acheter d’agenda car je n’arrive plus vraiment à les utiliser depuis que j’ai un smartphone sur lequel je peux inscrire, effacer, ré-inscrire, sans aucune rature et à moindre poids! Mais je regrette le temps où il fallait choisir le petit nouveau, je pense que c’est d’ailleurs pour cela que j’ai, pendant un moment, continué à en acheter en me disant chaque fois que j’allais arriver de nouveau à m’approprier l’objet, mais ce fut à chaque fois un échec. En complément du smartphone j’ai un bullet journal qui m’aide beaucoup depuis quelques mois.
    Bref, je te souhaite une belle rentrée qui sent bon les fournitures toutes neuves, la petite dose d’adrénaline du premier jour lorsque la sonnerie rententit pour la première fois, des premières heures qui passent aussi vite que des mintutes tellement il y à faire…. et une très bonne année scolaire 🙂

    1. Ah c’est drôle, je voulais en parler dans l’article et puis j’ai oublié : j’admire ceux qui s’organisent avec un smartphone! Moi, c’est absolument impossible, il me faut un crayon, et du papier. J’ai bien essayé plusieurs fois, rien à faire! 😀 Du coup, l’agenda en ligne me sert de complément, parce que j’y lis des réunions de travail que je reporte sur mon format papier…

  10. Tu n’es pas frivole chacun prépare sa rentrée comme il en a besoin. Demain je vais chez le coiffeur et j’ai acheté une robe pour la pré-rentrée. Je la prépare en douceur, en pensant à moi. Et qu’est ce que cela fait du bien ! Alors le choix de l’agenda je te comprend c’est important 🙂

  11. Pour ma part, depuis que j’ai découvert le bullet journal, je suis incapable de m’en passer. Et bon sang, j’ai passé de longues heures pendant mes vacances à préparer mon tout nouveau bujo, celui qui m’accompagnera pour cette rentrée. Un peu à la manière dont tu as choisi ton agenda, j’ai passé des heures à me demander quel format mensuel je devais adopter, etc…

  12. Belle rentrée Cél ! Puisses-tu encore jongler entre mots et sourires, ici et sur ton lieu de travail. Des espaces bien différents, et pourtant le fruit d’un même goût du partage =)
    PS: as-tu reçu un petit fragment d’Ecosse dans ta boîte aux lettres?

  13. Ah c’est drôle, j’ai depuis l’été dernier un « bullet journal » sur mesure que j’ai passé des heuuuuures à concevoir, et qui correspond unpeu à ton grand cahier magique (je suis exigeante aussi… donc je ne suis pas encore pleinement satisfaite de mon organisation, mais cette trépidante année parisienne devrait me permettre de trouver les ajustements finaux) ; ainsi qu’un agenda à spirales, avec des feuillets replaçables à volonté, où je tiens les listes éphémères de choses à faire, et qui suivent les semaines jusqu’à ce qu’elles soient terminées (en théorie… 🙂

  14. Coucou,

    Pendant très très longtemps, je tenais des agendas impeccables, avec une belle écriture, enfin, je prenais le soin de bien et joliment tout noter. Depuis quelques années, ça va un peu plus vite mais j’arrive toujours à tout faire rentrer sur mon agenda, j’y colle des post-it, j’utilise des couleurs différentes, etc. Et au fait, tous les ans, mon agenda vient du magasin Les Petits Papiers :-), je crois que quand je suis arrivée à Nantes, c’est un des premiers magasins que les amies de mon chéri m’ont fait découvrir !

    Belle fin de journée,

    1. Ah c’est drôle! Je crois que j’ai mis des années avant de la découvrir, cette papeterie! Je te rejoins sur le besoin que tout soit clair et complet (et joli), et souvent, j’écris même à rebours des journées passées, pour garder une trace. Belle journée à toi aussi!

  15. Je découvre ton blog grâce à :Slowly Veggie!
    Et depuis je plonge avec délice dans tous les articles…
    Ce blog est un enchantement, merci merci!
    La vie est encore plus belle!

  16. Je crois que la papeterie de la rentrée est celle que je préfère et ça me donnerait presque envie d’être prof, pour continuer ce rituel, un peu oublié depuis que la fac c’est fini et que je fais semblant d’être grande… (Mais on est d’accord que l’achat d’un agenda n’est pas une raison valable de devenir prof. Alors j’achète des agendas de poche Moleskine tous les janviers, et ai bien du mal à les remplir en réalité.)

  17. Cette rentrée passée loin de Nantes est un peu différente des précédentes mais j’ai gardé une habitude pour ces carnets que j’adore mais que je ne finis jamais…Durance, Les petits papiers et la fraiseraie et Nantes toute entière. Cette nostalgie en te lisant…Vivement le 30 que j’y passe!

  18. Non, pas tout de suite. Il y a encore des brouettes d’embruns pour griser nos mèches folles. Allons encore un peu à la plage, glander d’un air certain sous les airs lointains d’un été indien. Au moins encore un peu, ce sera bien.

  19. oui ! sauvons les papeteries !! je milite et participe vu le nombre de carnets en ma possession…Et samedi dernier, en promenade dans Toulouse, j’ai découvert une de ces adresses, un peu comme ta caverne nantaise (une caverne un peu plus grande tout de même !!) : des cahiers, carnets, des couvertures humoristiques, des carnets de notes à destination des maîtresses et maîtres / profs, des crayons de bois, des petites choses qui font le quotidien plus joli !! j’ignore s’il existe un site internet (perso je suis une tactile !!), elle s’appelle MUCCA. Et juste à côté, une boutique du même nom qui regorge de posters, de planisphères…que du bonheur !! Bon, et bien la rentrée est derrière nous, j’espère qu’elle s’est bien passée pour toi !
    A très bientôt ! Olivia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *