Que lire quand on n’a jamais lu de classique?

“Oh, moi, je lis, mais la littérature classique, je n’y connais rien. Puis j’aime pas. C’est long, c’est compliqué, on comprend rien, c’est France Culture, c’est pas détendant.”

“Moi, je lis du récent, je trouve ça plus proche de nous, j’aime mieux, ça me parle. Une fois j’ai commencé la Princesse de Clèves et ça m’a parlé que dalle.”

“Franchement, aujourd’hui, plus personne ne lit du classique à part les profs de français, les étudiants, ou les fous. Dans les asiles, on les bourre de Victor Hugo au petit déj. Passe-moi mon Marc Lévy.”

“Alors moi, sisisissi, j’ai plein d’œuvres classiques. Des Pléiades. Parce que ça fait beau dans la bibliothèque. Mais je n’ai pas le temps de les lire, c’est trop long. Un jour j’en ai lu quand j’étais au lycée. Un truc genre Madame Bovary. C’était pas mal. Je suis tombé dessus au bac. “

“Je veux bien mais je ne sais pas par où commencer. Y’a quoi comme littérature classique? Guerre et Paix?”

Comment vous dire, ce genre de phrases, j’en ai entendu beaucoup, beaucoup. Même, pendant longtemps, j’y ai cru. Je me disais que l’affaire était à ranger parmi les X-Files Grandes-Causes-Perdues, et que, oui, à coup sûr, la littérature française qui datait d’avant 1900 n’était que l’apanage d’une poignée de lettrés un peu fous, un peu comme les hiéroglyphes, les polkas de la Belle Époque, et les ananas givrés.

J’ai encouragé à lire,  fermant les yeux sur cet attristant constat, et j’ai continué à dire qu’il valait mieux lire du roman de gare que rien du tout, qu’il n’y avait pas de littérature meilleure qu’une autre. (Et je le crois toujours, absolument sincèrement). Seulement voilà : je suis, dans le même temps, amoureuse de ce qui a été écrit par des vieux en tenues de Puy du Fou morts depuis longtemps, parce que je trouve ça beau, parce que je trouve ça riche, parce que moi, ça me détend, ça me parle, ça ne me semble pas long. J’ai longtemps pensé que j’étais très bizarre, et que si ça continuait, j’allais prendre le chemin des polkas et des ananas givrés, et cela n’allait pas sans disperser en moi une légère inquiétude sur ma date de péremption.

Puis, j’ai compris qu’il y avait sans doute quelques clés qui expliquaient cela.  Alors j’ai eu envie de vous les donner.

Quelirequandonnajamaisludeclassique

Par “classique”, si vous le voulez bien, je vais même exclure tout le XXème siècle. Non que je ne l’aime pas (J’adOOOre le XXème – plus Vian que Camus, mais quand même), mais le défi me paraissait encore plus éloquent (et encore plus rigolo aussi). Et je vais exclure dans un souci de concision toute la littérature étrangère (Pourtant j’adore la littérature étrangère, surtout anglaise, lire Tess et mourir, bref).

Résumons : vous lisez un tout petit peu, peut-être pas du tout, peut-être beaucoup. Mais vous ne voyez pas vraiment à quoi ressemble un ouvrage français écrit avant 1900, tout cela vous paraît vaste océan insondable, avec des perruques poudrées et des gloussements de châteaux. Et pourtant, je vous promets qu’il n’en est rien.

1. Se renseigner (un tout petit peu) sur le siècle.

Se lancer à corps perdu dans un ouvrage écrit entre le XVIIème (ou avant) et le XIXème exige un tout petit peu de connaissances historiques. Si l’on veut être intellectuellement honnête, il faudrait même avoir une connaissance vraiment pointue de l’époque et des circonstances d’écriture de TOUT ouvrage que l’on lit. Mais, je ne suis ni folle ni naïve, et je suis bien la première à manquer de connaissances à 100% précises sur le déroulement jour par jour de la Réforme ou du Consulat. Et ce n’est pas grave, ouf, rassurez-vous. Pour autant, si vous avez envie d’essayer un ouvrage classique, il est préférable de vous immerger un minimum dans son époque juste avant de le commencer. Lisez la page Wikipedia du siècle concerné, parcourez une ou deux encyclopédies (même en diagonale), faites une mini-liste (ou frise) avec les quelques événements majeurs du siècle qui vous parlent. “Révolution Française”, ou “Napoléon III”, ou “Vie à Versailles”, ou “Révolution Industrielle”, ou des noms de rois, ou de personnages que vous connaissez par ailleurs ayant vécu à cette même époque. Notez rapidement un ou plusieurs artistes qui vous évoquent quelque connaissance ou quelque atmosphère, cherchez un morceau de musique, un tableau, dans cette même période.

Si vous êtes très méthodique, faites-vous une petite fiche récapitulative très brève que vous pourrez garder de côté, avec une petite reproduction du tableau, le lien vers le morceau de musique, la petite frise, la date d’écriture, pourquoi pas un ou deux éléments sur la réception de l’œuvre à l’époque. Ne cherchez pas à être exhaustif, ni à faire quelque chose de fouillé ou de complet! Simplement, amusez-vous à vous plonger dans un contexte, comme si vous appreniez à connaître quelqu’un.

Autre méthode toute simple, ludique, et très efficace : essayez de regarder un film d’époque qui correspond même à peu près avec les dates de l’œuvre que vous avez choisie. Même si le film n’est pas excellent, ce n’est pas grave : cela vous permettra de “voir” et de mieux vous imprégner de la vie au moment de l’écriture, les rues de Paris, les habits, les châteaux, les moyens de transport, le pouvoir en place, la place de la religion, et bien souvent, cela suffit pour apprécier beaucoup plus l’œuvre.

Gardez également en tête que ce que vous allez découvrir est écrit dans votre langue, mais pas totalement. De trop nombreux lecteurs sont désarçonnés parce qu’ils ne comprennent pas que tout, dans le rythme des phrases, le vocabulaire, les tournures utilisées, a une distance inévitable avec notre français actuel. (Imaginez, il y a déjà une différence de langage entre deux générations, rappelez-vous la langue de vos grands-parents… Et visualisez cette distance multipliée de trois à six fois avec les auteurs en questions! Il est au contraire bien admirable que la langue soit si semblable et si compréhensible!)

LMAquelirequandonn'a1 2. Choisir des œuvres abordables.

Il est bien entendu que si vous lancez directement votre attaque de la littérature classique en criant “à l’assaut!” et en choisissant Les Misérables, Le lys dans la Vallée ou 93, il y a de fortes chances pour que le livre vous tombe des mains environ page 2. Soyez raisonnables, choisissez court.

Attention, je n’ai rien contre les romans longs, bien sûr : mon préféré est Notre Dame de Paris (Insérez une pluie de paillettes et de cœurs autour du titre), qui est gentiment loin du poids plume. Mais allez-y petit à petit, parce que vous forcer à entrer dans une œuvre très longue et plutôt complexe (en terme d’intrigue, de personnages, et même de style d’écriture) est un bon moyen de renforcer en vous l’idée selon laquelle la littérature classique est affaire d’insomniaques.

Une exception, à mon avis, pour les œuvres de Dumas : elles sont longues, certes, mais tellement faciles à lire (entendons “fluides”, et non “simplettes”, loin de là!), que je vous conseillerais au contraire de commencer par elles si cela vous tente.

Enfin, dans “abordables”, il y a également un frein peu connu : l’ironie et l’humour. De nombreuses personnes conseillent de commencer par lire Candide ou Mme Bovary, je le crie haut et fort: ils ont tort, PITIÉ, ne les lisez pas, pas tout de suite. Pour comprendre une parodie, il faut connaître l’original, une bonne parodie de pub n’a de sens que si l’on connaît la pub en question. Lire Candide sans les armes pour tout bien saisir conduit au contre-sens inévitable et bien compréhensif (d’où les crash terribles de candidats au baccalauréat qui ne voient absolument rien de “drôle” dans Candide), lire Mme Bovary de but en blanc revient à du saut à l’élastique (sémantique) sans élastique. Gardez-les pour plus tard (parce que c’est vrai, c’est absolument fantastique.) (Juste, voilà, tenez-les au chaud, pour le dessert, pour le 15 Août, enfin, après.)

LMAQuelirequandonn'a23. Se faire conseiller.

La littérature classique, même seulement en France, même seulement sur trois siècles, est d’une richesse infinie. In-Fi-Nie. Elle est un kaléidoscope d’intentions et d’émotions, elle est un arbre aux mille racines d’auteurs n’ayant rien à voir les uns avec les autres, par leur vie, par leur histoire, par leur style, par leur pensée. Dumas a écrit de la littérature “feuilleton”, destinée à être publiée jour après jour dans le journal (!), donc contenant énormément de situations à suspense, rocambolesques, et pleines de surprises. Flaubert, rentier, n’avait nul besoin de maintenir ses lecteurs en haleine à chaque page, il pouvait prendre des jours (mois) (années) à ciseler son roman comme bon lui semblait… On ne le lira donc pas du tout pareil! (Cela reviendrait à regarder un film ou une série en s’attendant à la même chose, alors que le mode d’écriture influe directement le rendu final – et les attentes du spectateur aussi.)

Gardez bien en tête que vous plongez dans un océan et que vous ne ferez qu’en soulever que quelques coquillages, et donc, que vous ne pourrez pas devenir expert, ou pas tout de suite. (Et c’est tant mieux). Pour choisir vos coquillages, demandez autour de vous, des libraires, des amis, des étudiants : cherchez ce qui vous plairait, selon vos goûts. Les histoires d’amour? Les conflits? Les portraits de vie? Les aventures? (Rassurez-vous, je vous donne quelques pistes ici-dessous parce que je vous aime très fort – il ne tiendra qu’à vous d’aller plus loin.)

Et puis, essayez, empruntez à la bibliothèque (ou à l’ami en question), lisez le début, picorez, c’est permis! Et ne vous braquez pas. Ne vous arrêtez pas à une impression sur un auteur ou un siècle: je n’aurais rien lu d’autre de Flaubert si je m’étais arrêtée à Salammbô, je ne serais jamais tombée amoureuse de Julien Sorrel si je n’avais lu de Stendhal que La Chartreuse. (Que je n’ai jamais terminé(e). J’assume.) Ne vous découragez pas, testez et re-testez, il en reste des centaines d’œuvres différentes, la littérature française est une vaste échoppe luxueuse en période de fêtes, avec les étoiles qui clignotent et les sucres d’orges à l’entrée.

Petite liste non-exhaustive d’œuvres classiques à lire pour commencer (en douceur).

Lesmotsailésquelirequandonn'aLa Princesse de Clèves (Mme de Lafayette – 1678)

À lire si… Vous aimez les histoires d’amour, vous pleurez devant Love Actually ou Sur la route de Madison, vous adorez les histoires de filles (même au 85ème degré), vous aimez les situations romantiques, les bals à la cour, vous êtes sensible aux situations riches à analyser d’un point de vue sentimental. (Il sait qu’il l’aime mais elle ne sait pas qu’il sait qu’il l’aime mais elle sait qu’il sait qu’elle ne sait pas, vous voyez le principe.)

Manon Lescaut (L’abbé Prévost – 1753)

À lire si… Vous aimez les histoires d’amour (oui, encore), le débat sur l’amour-passion qui doit (ou ne doit pas) tout excuser chez un personnage, les rebondissements, les “Je t’aime Moi non plus”, les “Vont-ils enfin se marier” (ou coucher, au moins), les interrogations du lecteur (ou spectateur) sur l’affection qu’il ressent pour tel ou tel personnage, sur le réalisme ou l’idéalisme.

Le rouge et le Noir (Stendhal – 1830)

À lire si… si tout, à lire absolument, à lire si vous êtes normalement constitué parce que c’est un bijou, voilà. Certes, il y a deux tomes, mais commencez toujours (et vous verrez). C’est un des rares romans qui soit si complexe, si riche en analyses potentielles, et en même temps si simple, si fondamentalement abordable selon moi. Ne regardez aucun film qui en est directement tiré (je n’en ai vu aucun, c’est à la fois inutile et impossible, c’est une aberration, si vous voulez mon avis), mais laissez-vous envelopper par l’histoire et le style. Et si cela vous déplaît, je vous pardonne: encore une fois, il y a d’autres as dans le jeu.

La peau de Chagrin (Honoré de Balzac – 1831)

À lire si…Vous aimez les histoires fantastiques et un peu magiques, les pactes avec le diable, les conflits entre désir et longévité, les histoires de vie mouvementées et les rouages psychologiques, les romans qui font peur, qui font réfléchir, et qui prennent leur distance avec la réalité.

Les Trois Mousquetaires (Alexandre Dumas- 1844)

À lire si… Vous aimez les romans d’aventures, les films de cape et d’épée, les rebondissements, avec de l’action, du suspense, des batailles, des secrets, de l’amour, de l’amitié. C’est un peu long, mais tellement prenant… À lire sur la plage, au coin du feu, dans le métro, pour tout oublier et partir très loin.

-Le Comte de Monte Cristo (Alexandre Dumas – 1844)

Même chanson que Les Trois Mousquetaires! À lire si vous aimez les (longues) intrigues d’aventure, avec de l’amour et de la vengeance (beaucoup de vengeance), les coups du sort, les destins facétieux, la justice, les parties d’échec.

-La peur (et autres contes fantastiques) (Guy de Maupassant – 1882)

À lire si… Vous avez envie de rentrer dans l’océan du bout des pieds en lisant des nouvelles (donc des histoires qui ne font que quelques pages chacune). Si vous aimez avoir la trouille, si vous adorez imiter la voix du téléphone dans Scream, si vous croyez qu’on ne peut pas avoir peur en lisant un bouquin. (Et si vous aimez la jolie plume de Maupassant. Toutes ses nouvelles sont belles, mais je crois que “La Peur” a le début le plus joli de tous les débuts de la Littérature française.)

Fort comme la Mort (Guy de Maupassant – 1889)

À lire si… Vous n’avez pas peur de lire une belle histoire triste, si vous êtes sensible et que vous aimez les personnages touchants et passionnés, les histoires d’amour, d’artistes, d’inspiration, avec des sentiments subtils dedans, les histoires de vie qui ne finissent pas toujours bien mais qui sont si belles à lire.

Un exemple  :

La princesse de Clèves.

Enfin, pour vous inspirer un peu, je vous ai préparé un petit exemple de fiche de préparation à la lecture. J’ai choisi La Princesse de Clèves, parce qu’il est un peu emblématique (en plus d’être beau). La fiche est très succincte et incomplète, mais elle constitue un minimum d’avant lecture : à vous de creuser, si vous en avez envie, même en cours de lecture!

 

FichelaprincessedeclevesPour finir…

Il resterait à vous parler du XXème, du hors-France, du théâtre (♥), de la poésie, de l’antiquité, bref, des idées d’articles futurs, peut-être… ?

Bon voyage littéraire, et à bientôt!

80 commentaires sur “Que lire quand on n’a jamais lu de classique?

  1. Quelle belle idée ! Merci de tous ces conseils si riches et détaillés, cela donne envie de fouiner dans les vieux placards et les vieilles bibliothèques délaissés et de se plonger dans un livre aux pages jaunies qui sent le vécu (ou le renfermé, c’est selon).
    Il est vrai que bien qu’étant une lectrice disons régulière, j’ai lu peu de classiques hors parcours scolaire. Je n’ai effectivement jamais fini Madame Bovary ! Par contre, j’adore Maupassant, et j’ai dévoré La Petite Fadette de George Sand. Mais là, j’ai vraiment envie de m’y remettre, de me lover dans une ambiance peut-être désuète (ou sans doute pas temps que cela) mais rafraîchissante.
    J’attends maintenant avec impatience un article sur la poésie ou le théâtre (j’avais adoré Fin de Partie de Samuel Beckett, en classe de terminale…).
    Belle soirée à vous, en compagnie de quelques pages éternelles…

    1. Merci beaucoup, Mathilde, pour ce joli commentaire! Pour Madame Bovary, je ne vous révèle pas la fin, alors, même s’il ne faut pas trop s’attendre à une pluie de confettis et un mariage. Si vous avez aimé La petite Fadette, ainsi que Maupassant, n’hésitez pas à les relire ou à en lire de nouveaux! Vous avez de la chance, Maupassant est prolifique! (En plus d’être un génie. Même si ses œuvres sont rarement légères et drôles, il faut l’avouer. Mais belles, oui.)
      Oh, mais Beckett, comme je l’aime! Je suis heureuse que vous en ayez un beau souvenir! Et si vous en êtes tentée(s), peut-être un article à venir, alors, je retiens! (J’avais un peu peur que cet article fasse un gros flop, en vrai, je suis très surprise!)
      Bisous Mathilde, bonne et douce lecture à vous.

    2. Mathilde, si tu a aimé La petite Fadette, tu aimeras certainement La mare au diable de la même auteure.

      Aussi, si tu le trouves, parce qu’il est difficile à trouver, je crois que tu aimeras Le crime de Sylvestre Bonnard d’Anatole Fance. C’est tout joli comme histoire!

  2. Ton article est génial !! Et cette jolie fiche lecture… elle est trop mignonne <3, tu veux pas en faire pour tous les autres livres cités hihi ? 😀 Non je rigole, tu es déjà bien généreuse.

    En tout cas, pour moi grande lectrice qui n'ait pas autrement lu de classique, tu me donnes envie d'y plonger ! Merci pour tout ces conseils, c'est très chouette. Je vais sans doute débuter avec La Princesse de Clèves (amour amour..).

    Je me réjouis aux prochains articles consacrés à la littérature (en tout genre).

    Merci jolie Céline !

    1. Merci beaucoup Laetita! Je suis très heureuse que cela t’ait plu! 🙂
      Pour les fiches, je peux en faire d’autres, je me suis beaucoup amusée à faire celle-là! (Mais je crois qu’on retient toujours mieux des informations que l’on cherche par soi-même, aussi, donc je vous laisse un peu vous débrouiller…:))
      J’espère que tu aimeras La Princesse, il faut bien se dire que c’est un roman fondateur, vieux de plus de quatre siècles, avec plein de scènes cucul mais délicieuses. Si tu aimes les histoires d’amour, n’hésite pas à aller chercher du côté de l’abbé Prévost, plus accessible. Ou Stendhal, qui parle si bien d’amour…

  3. Ah les classiques ! J’en ai aimé beaucoup, et d’un côté ils me font peur, parce que parfois on ne sait pas par où commencer.
    Je ne connais pas tous ceux que tu cites, loin de là d’ailleurs, puisque mis à part Le Rouge et le Noir et La peau de chagrin, je ne les ai pas lus.
    Et autant j’ai a-do-ré le premier, autant Balzac j’ai beaucoup, beaucoup de mal. Enfin, je devrais peut être dire “j’avais” puisque mis à part pour les études je n’en ai pas lu (de Balzac).
    Du coup je me note la Princesse de Clèves, parce que ça fait plusieurs fois que ce titre croise mon chemin (ou l’inverse, qui sait) et que je me dis que ça pourrait me plaire.
    Et ensuite, sans doute Les trois mousquetaires, parce que j’aime bien les romans de cape et d’épée.
    Avec tout ça, je vais peut être demander des journées de 48h au Père Noël…

    1. Aaaah mais Les 3 Mousquetaires, tu vas t’éclater! J’en suis certaine! Tu me diras? 🙂 Et si tu es prête à tenter l’aventure de la Princesse de Clèves, tente, c’est assez magique et très amusant! (Lis-le en te disant que TOUS les romanciers l’ont lu, c’est étourdissant, comme idée…) Bisous Mnémo, merci pour tes apparitions toujours douces et solaires!

  4. Quand une Cel partage (avec talent) sa passion, elle donne envie. Heureux les élèves qui l’ont pour professeur.
    Merci et belle journée
    Nicmo

  5. Je suis ébahie devant ton goût du partage et la manière que tu as de le faire!
    Tu ne veux pas envoyer ta fiche d’immersion culturelle au Ministère de l’Education pour qu’ils sortent un peu de leurs schémas narratifs théoriques habituels? Céline, conseillère en tourisme culturel pré-XXème 😉
    Je n’ai pas lu énormément de “classiques”, quelques uns quand même. Maupassant, ses contes et ses nouvelles que j’aime beaucoup (je reste fascinée par “La parure”). Zola aussi, chez qui j’ai lu deux nouvelles (“Naïs”et “Pour une nuit d’amour”), ainsi que Nana. Les nouvelles sont un genre littéraire que j’apprécie énormément – les contes aussi, et les jolies histoires qu’il y a chez toi. Ils ont l’avantage de pouvoir mieux être pris en main que des récits sur des centaines de pages, tout en nous laissant saisir le style et les propos de l’auteur.e.
    Ton article fait vraiment écho à un vécu. Je me souviens quand j’ai lu Nana de m’être trouvée désemparée car je ne parvenais pas à me représenter les scènes, notamment le mobilier. Une lecture, c’est un film sur mesure dans ma tête normalement: dans ce cas, j’avais l’impression d’avancer dans des pièces toutes floues, sans cohérence et c’était l’horreur. Après quelques renseignements et images de l’époque, ça allait de suite mieux 🙂
    Chez Hugo, je me suis frottée au “Dernier jour d’un condamné”et à “Claude Gueux”, que j’ai vraiment beaucoup aimés tous les deux ( même si il fait avouer que ce n’est pas forcément joyeux comme lecture!)
    Bref, je pense que je vais tester “Le rouge et le noir” quand même, sur tes bons conseils.
    Belle journée Cél, merci pour cet article vraiment enrichissant ! Plein de bisous 🙂

    1. Ah, je comprends ton impression pour Nana. En fait, ce roman, je l’adore, mais c’est une des rares œuvres qui sont passées de “je déteste” à “j’adore” APRÈS l’avoir étudiée en cours (universitaire). J’ai eu le même syndrome pour Bernanos, d’ailleurs. Et puis, le rouge et le noir, tu me diras si tu as aimé! (Et tout bientôt, un autre volera vers toi… 🙂 Je suis si désolée de ce retard, mais ne t’inquiète pas, ça vient, ça vient!)

  6. Merci pour cet article, vraiment ! Je lis beaucoup, tous les jours mais depuis quelques années je n’arrive plus à lire d’œuvre classique, depuis la période lycée. Grâce à tes précieux conseils je vais peut être m’y remettre. merci encore !

  7. Un grand bravo pour cet article, sur un sujet ambitieux ! A titre personnel, j’étais restée sur des souvenirs mitigés des lectures de lycée (Le Rouge et le Noir, l’Assommoir, madame Bovary, Germinal, Candide et d’autres). Mais j’avais eu la chance de passer une année de seconde avec une prof qui m’avait fait découvrir la littérature étrangère notamment américaine. Depuis maintenant assez longtemps, j’ai approfondi la passion née cette année là sur les auteurs américains et plus largement anglo-saxons. Et puis il y a 2 ans, un été en Corse, j’ai lu (dévoré plutôt), le Comte de Monte-Cristo. Pourquoi avoir acheté ces 2 tomes en poche avant de partir ? Je ne m’en souviens plus. Pourtant c’est une des meilleures intuitions que j’ai eues. Un peu de maturité peut être, une envie de passer à autre chose que des ouvrages professionnels/scolaires (j’ai repris des études et changé de vie professionnelle), surtout une envie forte d’aventures et d’histoires (ce que j’aime chez les anglo-saxons). Je me suis régalée et la lecture de ton article me donne envie désormais de me lancer dans Notre dame de Paris ! MERCI ! Et bravo pour ton blog que j’apprécie beaucoup. Isabelle

    1. Ah là là, ce cher Edmond Dantès, quelle force, quelle histoire, quel destin… Un de mes préférés, assurément! Merci de ton commentaire très intéressant, Isabelle! Et dis-moi, tu lis des auteurs américains? Nous dirais-tu lesquels? (J’en ai si peu lu! )

  8. Mon dieu comme ton article est magnifique ! Les photos, la mise en page, le contenu, bref tout est à tomber et donne envie de lire du classique ! Une amie m’avait conseillé justement La princesse de Clèves et j’ai eu beaucoup de mal dès les premières lignes avec tous ces noms, grades et relations.. Du coup j’ai laissé tomber. Mais c’est vrai qu’être conseillé dans ce domaine-ci me parait primordial pour pouvoir aborder au mieux la littérature classique. Et quelle bonne idée de s’inspirer de l’époque du roman; arts, politique ou encore mœurs, franchement je trouve ça chouette et tellement évident en fait ! Je vais m’en inspirer ! Encore bravo pour ton article, la Une Hellocoton bien méritée, j’ai adoré découvrir ton blog !

  9. Mille merci pour ce bel article qui rend ses lettres de noblesse au Classique. Je dois dire que j’ai du mal avec cette époque, trop de souvenirs de lycée certainement. Ou bien le souvenir d’avoir détesté Le rouge et le noir (je devrais peut-être le relire). Par contre je suis une inconditionnelle de Maupassant. Et je trouve que les livres d’Alexandre Dumas sont très bien écrits et accessibles.
    Tes mots m’ont donné envie de me replonger dans des ouvrages délaissés depuis des années. A suivre…

  10. Quelle belle déclaration d’amour à la littérature classique que celle-ci !
    J’ai également une certaine passion pour les auteurs classiques, que je continue à lire pour le plaisir quand l’envie m’en prend… Et puis, je lis “scolaire” aussi : pas pour moi, mais pour partager avec mes ados qui ont des lectures obligatoires… (et je tire mon chapeau à la sélection pointue qui sors un peu des sentiers battus du prof de français de mon ainé ! )
    Je les aide aussi à situer leurs lectures dans des contextes historico-politico-culturels (et je suis contente de voir que tu conseilles de le faire ! )
    J’ai eu de gros coups de cœur pour Le Rouge et le Noir et pour Notre Dame de Paris, lus il y a longtemps mais au souvenir si vivace ! J’aime un peu tout dans ta sélection d’ailleurs… sauf Maupassant au style duquel je n’accroche décidément pas…
    Allez, j’y vais.. Thérèse Raquin m’attend !

    1. Mmm, j’espère que Thérèse Raquin te plaît! De la noirceur là encore, mais tant de délicatesse dans la peinture des personnages et des sentiments… Merci à toi, Ma’!

  11. Bien l’bonjour !
    J’aime venir de temps en temps sur ton blog, et cet article me donne envie de laisser mon petit mot.
    Petite, j’avais toujours le nez dans un bouquin, genre, vraiment. Mais le collège et lycée, avec leur “lectures forcées” m’ont fait abandonné ça… Je n’ai quasiment jamais fini les oeuvres littéraires et aujourd’hui j’ai du mal à me motiver pour me plonger dans un livre, malgré la vingtaine de “non-lu” qui m’attendent dans ma bibliothèque.
    Tout ça pour dire que ton article me donne envie de m’y remettre, me plonger de nouveau dans un univers, avoir l’impression d’en faire parti le temps d’une lecture…
    Je vais prendre mon temps et ne pas attaquer tout de suite un “classique” mais je vais sûrement piocher dans mes “non-lus” (d’ailleurs, je vais voir si tu parle de l’un d’eux, sait-on jamais ^^)

    Donc merci pour ce bel article,
    A très vite !
    Lexy

  12. Superbe article 🙂 plein de douceur et qui donne envie de se plonger dans ces classiques. Je suis gâtée aujourd’hui, à la une d’HC, deux de mes blogueuses préférées 🙂

    Je n’ai jamais osé commenter sur ton blog car ta façon d’écrire m’intimide un peu… J’ai commencé plusieurs commentaires, j’ai cherché mes mots et je ne les ai jamais envoyé… Voilà, c’est dit. Faute avouée…Aujourd’hui, je me lance 🙂

    Un de classiques préférés reste “La Curée” de Zola. Mais c’est vrai que je ne me suis pas lancé dans un classique depuis le lycée. Et mine de rien, ça commence à dater. Ta méthode, avec la fiche est excellente et je pense que tu as raison, c’est essentiel pour aborder n’importe quelle oeuvre…
    Je me sens assez tentée par “la Princesse de Clèves” (en plus tu as déjà fait la fiche).

    Merci pour ton blog si précieux,
    A bientôt
    Sarah

    1. Merci beaucoup de ton message, Sarah! C’est très gentil d’avoir franchi le pas, j’en suis très heureuse, je suis désolée d’être intimidante, c’est vraiment la dernière chose dont j’ai envie en écrivant un blog! <3 Donc, promis, écris tout ce que tu veux, sans hésiter, j'adore lire TOUS les commentaires, quels qu'ils soient! 🙂
      Si tu as aimé Zola, n'hésite pas à en lire d'autres! Thérèse Raquin, ou un autre des Rougon si tu as aimé La Curée, (j'adore Au Bonheur des Dames, et La Fortune des Rougon)...
      Bisous Sarah!

  13. Quelle belle idée cet article! Et tu en parles tellement bien!
    J’aime lire des classiques depuis longtemps et régulièrement j’y reviens. J’ai adoré La Petite Fadette (mon livre préféré de tous les temps!). Et le Comte de Monte Cristo est tout simplement génial, avec une intrigue qui est digne des films à succès qu’on voit fleurir régulièrement sur nos écrans.
    Par contre, j’ai un souvenir mitigé du Rouge et le noir, de Notre Dame de Paris et Blazac me fait fuir en courant… mais la façon dont tu en parles me donne envie de replonger au cœur de ces histoires pour, peut être, réussir à y voir ce que tu y vois maintenant que mon œil littéraire s’est aiguisé 😉
    Merci pour cet article qui me donne de nouvelles idées de lecture et l’envie de tout lâcher pour attraper le premier Flaubert à portée de main 🙂

    1. Merci beaucoup de ton message et de ton humour, Ju! Oh, on a tous des romans que l’on a aimés, et des univers que l’on n’a pas DU TOUT aimés, c’est si joli de voir les différences de réception d’une même œuvre! Bon, tu nous diras si tu fais d’autres expériences, alors… 🙂

  14. Magnifique Article !

    Cela fait du bien, pendant quelques instants, le temps de la lecture de ce billet, de se sentir “entourée” par une personne qui nous comprend, qui comprend la beauté de ces œuvres trop vite oubliées et qui apportent pourtant tellement…

    Autour de moi les gens diront qu’ils n’y comprennent rien, alors que moi je ressens tant de plaisir à la lecture d’un livre dont le langage est plus soutenu ou travaillé que certains ouvrages que l’on peut lire aujourd’hui.

    Pour ma part, je n’ai pas encore lu énormément de classique (car même si les livres ont un coût relativement raisonnable pour la plupart, lorsqu’on les dévore à mon rythme, le budget est tout de suite beaucoup plus élevé et j’ai besoin de posséder tous les ouvrages que je lis, donc la bibliothèque n’est pas vraiment une alternative pour moi) mais pour l’instant, je dirais que mes préférés sont “Les misérables” et “Au Bonheur des dames”. Deux ouvrages que j’ai relu de nombreuses fois et que j’aime toujours autant. (D’ailleurs, il y a eu une adaptation en série “d’Au Bonheur des dames” que j’ai trouvé géniale).

    Merci beaucoup en tout cas pour ce petit instant de bonheur dans ma journée
    Une belle après-midi.
    Littératurement vôtre 😉

  15. Coucou, C’est rigolo mais je viens justement de compléter ma bibliothèque avec une trentaine de classiques (des plus anciens aux succès du 20 ème) et il y en a tellement que l’on entend cités à droite à gauche ! Robert Merle, Sagan, Le Clezio, Shakespeare, Kafka, etc. !

  16. MERCI chère céline
    je suis très contente d’avoir un article aussi complet pour me guider dans la littérature classique
    qui m’intrigue beaucoup, m’intéresse, desfois je me lance, je suis découragée, je m’énerve sur moi-même, etc… ça me redonne courage, avec tes astuces systématiques ça donne envie.
    alors merci encore une fois. de toute façon je suis fan de tes articles de littérature.
    a bientôt !!

  17. Quel bel article très pédagogique ! On sent qu’il y a une prof passionnée et motivante derrière tout ça 😉 Je dois t’avouer que j’ai toujours tout fait pour éviter d’enseigner des classiques à mes élèves… en dehors de Maupassant ! J’aime beaucoup Les contes de la Bécasse, tant pour les histoires que le style. Mais ton article me donne envie de découvrir d’autres classiques, à commencer par Le Rouge et Le Noir. Je l’ajoute donc à ma liste à lire… pour 2016 car là je crois que je suis overBOOKée pour cette année ! Merci beaucoup pour tes conseils, je reviendrai certainement m’y référer 🙂

  18. Superbe idée d’article ! J’ai lu énormément de classiques avant mes 15 ans et ensuite pfiou, l’arrivée du lycée et des livres imposés (mais également d’un ordinateur personnel, je dois l’avouer) a complètement éteint mon enthousiasme.
    Récemment, j’avoue que je préfère me plonger dans des oeuvres du 20ème (j’adore le Parfum de Süskind et The Catcher in the Rye de Salinger : bon ceux là sont excellents) ou des “bouquins nuls” du style Sophie Kinsella, bref pas prise de tête. Pourtant, j’ai vraiment très envie de me remettre à lire des choses plus “intéressantes” d’un point de vue littéraire.

  19. Quelle belle découverte que ton blog!
    En tant que grande fan de littérature (s) je plussoie cette passion que tu transmets!
    Les nouvelles de Maupassant, sont courtes et accessibles en effet.
    Chaque siècle a ses pépites, hâte de lire la suite de tes conseils!
    Je partage ton article 😉

  20. Personnellement, je n’ai pas lu beaucoup de classiques dans ma vie (mais j’adore “Le Dernier Jour d’un Condamné” de V. Hugo ou “Candide”). Mais c’est une question de style d’écriture je pense. Par contre, j’aime énormément la littérature médiévale, écrite en vieux ou moyen français ou vieux et moyen anglais ! J’ai aussi moins de problème à lire de la littérature classique anglaise (en version originale), que de la littérature classique française. Mais peut-être que je devrais redonner une chance “Au Bonheur des Dames” de Zola. Qui sait, peut-être que j’arriverais à passer le cap des dix chapitres (la première S de 17 ans nichée au fond de moi en serait ravie je pense). xx

  21. C’est le meilleur billet du monde. Moi je fais partie de ces personnes qui lisent beaucoup-beaucoup (enfin, non, je rectifie, je lisais beaucoup-beaucoup avant, maintenant, j’ai un peu abandonné hors vacances, parce que le travail, le sport, les blogs, la vie.), mais j’ai été un peu dégoutée des grands classiques au lycée. Je déteste lire quelque chose parce qu’on m’y a obligée (j’ai un souci avec l’autorité, visiblement), et j’ai usé de tous les subterfuges possibles pour échapper à la lecture de l’Assomoir en première. Petite anecdote, hein, j’ai eu 6 au bac en français. Voilà.
    Mais c’est vrai que ça me fait envie, de lire tout ça, surtout que je lis assez vite et que je sais que dès que j’accroche, je suis capable d’arrêter de vivre le temps de finir le livre.

    Bref, merci pour cette petite liste, je vais essayer de commencer par les Trois Mousquetaires (que ma petite sœur a lu 2 fois déjà et dont elle ne cesse de me vanter les mérites !).

    1. Oh mais oui, Les 3 Mousquetaires, c’est absolument génial, tu vas adorer! 🙂 (Et l’Assomoir, je te comprends, chut, et pour le 6, c’est déjà super, moi j’ai eu des pires notes que ça – oui bon, c’était après le bac, mais quand même.) Pour le souci avec l’autorité, je partage aussi. Dis moi de ne surtout pas faire un truc pour que je le fasse. (En vrai non, ça ne marche pas aussi simplement, certains essaient de ruser, genre “ne passe surtout pas l’aspirateur”, “ne fais surtout pas la vaisselle”, mais dans ce cas là j’obéis.)

  22. Un super article (je découvre ton blog par la même occasion).
    J’aurais bien parlé du “hors france” aussi, j’ai lu les soeurs Brönte ou Jane Austen, il me semble qu’il y a beaucoup à dire sur ces auteures également. Je ne suis pas aussi méthodique quand j’aborde un livre, j’essaie de me raccrocher au contexte et ça passe bien en général. Mon gros problème, c’est l’introduction de beaucoup de personnages en peu de temps. Je finis invariablement par mélanger les noms.
    J’ai ajouté sur ma liste La peau de chagrin et Fort comme la mort. Ceux-là, je suis sûre de les trouver à la bibliothèque !

  23. Bons conseils, c’est avec l’âge qu’on se remet à… plutôt à apprécier lire ces classiques car quand on est gosse, on s’en moque un peu.
    Bonne idée, ça occupera l’après-midi de beaucoup de personnes.
    Faire un tour dans les endroits comme Emmaus qui sont une mine d’or pour quelques euros !

  24. Merci pour ce superbe article qui est vraiment très inspirant ! Je me suis détournée des classiques après l’université. J’en ai eu marre, je crois. Et, maintenant, j’y retourne et me délecte. Donc, ta liste et tes conseils me seront d’une grande utilité. MERCI BEAUCOUP !

  25. SALUT ! Ton article est génial, j’ai adoré la mise en page, les montages photos et tout le reste ! Je suis en terminale et, en seconde et première, on m’a évidemment fait commencer par Candide et Madame Bovary, et même si j’avoue que du haut de mes quatorze ans que n’ai pas trouvé Candide hilarant (il faudrait que je le relise mais comme il ne m’a pas laissé une très bonne impression, c’est un peu coton pour s’y remettre) j’ai beaucoup aimé Madame Bovary, qui est quand même drôle par moments même si j’ai trouvé qu’il se tirait un peu en longueur parfois (enfin c’est le BUT du truc et je le conçois) (les piques cachées de Flaubert = la passion de ma vie) !
    Par contre, j’ai aussi dû lire La Princesse de Clèves l’année dernière et franchement… j’ai eu beaucoup de mal. J’avoue que les digressions interminables au sujet de personnages dont on se fout complètement puisqu’on ne les connaît pas m’ont vraiment faire dire que je n’aimais pas ce bouquin… mais peut-être que le contexte “je-dois-le-lire-pour-les-cours” y est pour beaucoup.
    Super article (et blog) en tout cas 😀

  26. Moi aussi j’adore les classiques et j’en lis parfois. Un de mes préférés est “Mme Bovary”. Mais je lis aussi des nouveautés, des romans faciles. Bref, je lis tous les jours un petit peu car entre le travail et la vie de famille pas toujours facile de s’accorder beaucoup de temps pour la lecture.

  27. Merci pour cet article qui me parle… Si j’ai beaucoup lu – et encore maintenant- les classiques anglais, j’ai toujours été un peu “allergique” à la littérature française (même si j’ai fait de finalement longues études de lettres ! et ma thèse sur une française…) si l’on excepte quelques romans et surtout, surtout, la Recherche.

    Bon, alors, je vais – honte à moi – rattraper mon retard et enfin ouvrir la Princesse de Clèves.

  28. Bel article, mais je suis surprise de voir la Princesse de Clèves conseillée pour commencer ! Il me semble d’accès ardu, avec de nombreux personnages dont on ne retient pas les liens etc.. Et dont la trame ne va pas pour moi directement à l’essentiel. Je trouve qu’un Candide ou un Mme Bovary plus facile d’accès !

  29. J’adore cet article ! Je ne suis pas une grande fan des classiques mais j’en lis de temps en temps et j’ai vraiment envie d’en découvrir toujours un peu plus. Ton idée de petite fiche de lecture pour s’immerger dans le siècle est très inspirante et je pense que je vais m’y mettre pour la prochaine fois… Ça y est, maintenant j’ai envie de lire Le rouge et le noir ! 😉

  30. Bon article! C’est cool pour ceux qui ne connaisse pas du tt les classique. Étant en terminale L en ce moment, même si il n’y en a pas bcp que j’ai lut, comme on travaillait plein de textes l’année dernière je connais pas mal de classique maintenant! Je dois dire que je suis pas très classique en général, j’aime bcp le roman classique du 19e (j’adore Maupassant!) et les œuvres romantique; genre Baudelaire, mais à petites dose, le spleen ça devient vite relou, ou Lorenzacio (il faut que je le lise celui là!!), mais bon après je préfères les œuvres plus contemporaine, genre Antigone d’Anouihl, Rhinocéros de Ionesco (c’est celui que je préfère mais j’aime bcp le fait que Ionesco ce soit inspiré de la 2e guerre mondiale, le background du livre est assez inintéressant) ou Moderato Cantabile de Marguerite Duras (j’ai adoré celui-ci!! Il me rappelle les films de Sofia Coppola). Madama Bovary, cette cher Emma!.. Je l’ai pas encore lut mais mes cours de littératures me donnent pas trop envie! x) Je me suis pris La princesse de Clèves, (j’avais adoré le texte sur lequel on avait travailler en 1er), mais le vieux français c’est vraiment pas facile à comprendre…:/ Après j’adore les romans à la Jane Austen et j’ai très envie de me mettre à la littératures américaines et anglaise en V.O. Même si j’aime bien c’est livres là, les classiques français sont pas ceux que je préfères, je préfères la littératures contemporaine. xx

  31. Bonjour, pour répondre à la question cachée, j’ai lu tous les livres cités (et même ceux qui auraient pu l’être)… et j’ai adoré ton article… et ri aussi…
    Comme quoi, la littérature peut être abordable, éducative, distrayante et surtout avec un principe de bonheur lié.
    Pour ma part, j’ai eu la chance de lire très jeune, d’avoir le choix dans la bibliothèque familiale et, surtout, d’aimer cela… Lire…
    Je rencontre des personnes qui ne lisent que des livres “récents”, des romans “gagnants” (des prix) mais qui sont rebutées par les “classiques” sous prétexte que c’est “fastidieux”, écrit dans un “français trop difficile” (du français basique, donc) et avec des histoires “pas aisées à comprendre” (l’amour, la haine, la vengeance, la loi, l’ordre, le bien, le mal… oui, difficile comme thèmes)… puis, ces mêmes personnes (m’) expliquent qu’elles écrivent des histoires (romans, poèmes, nouvelles, etc.), suivent (m)des ateliers d’écriture et sont éberluées d’entendre que leurs écrits ressemblent à un classique…

    Il est également jouissif de lire un tel article car cela permet à certains de dépasser ce “trauma” qui fait que la littérature classique est “difficilement compréhensible” à moins d’avoir “fait des études littéraires”.
    Le goût de la lecture s’apprend, comme toute chose. Néanmoins, comme tout, après l’apprentissage vient l’envie et l’amour… ou le dégoût… Il faut juste tenter l’expérience…..

    Merci.

  32. Céline ?
    Merci ♥
    Merci pour ce bel article qui répond tellement à des questions que je me posais (tu avais raison) ces derniers mois…

    Céline ?
    Étant sur Kindle, ils sont tous gratuits.
    Alors, après avoir lu soigneusement ton article & leurs résumés, j’ai glissé dans mon livre pratique : La Princesse de Clèves, Les trois mousquetaires, Le comte de Monte Cristo, et Notre Dame de Paris (que je me réserve pour “après”… pour écouter tes conseils d’attendre un peu + la passion que tu lui portes m’attire à lui).

    Merci ✩

  33. alors ça ……….
    tu sais qu’au collège “ils”m’ont dégoûté de lire …. vraiment !!
    Madame Bovary, je ne m’en suis toujours pas remise ….
    je m’y suis remise plus tard !! heureusement !!! 😀
    mais tu m’as donné envie avec ta fiche (superbement bien faite !!! chapeau bas petite Cél !!)
    promis !!
    La princesse de Clèves sera sur ma todo list !!!
    merci et encore et encore de tels sujets !!! j’adoooooore !!
    des bisous !
    ♫♪♫♪ <3

  34. Grande fan des classiques et m’étant souvent arrachée les cheveux à tenter de convaincre mes congénères que oui lire Victor Hugo sur la plage c’est possible et c’est même très agréable, j’adore cet article.
    Mais le plus drôle c’est que dans ta liste le seul que je n’ai jamais pu finir c’est… Le rouge et le Noir…. Faut vraiment que je retente le coup c’est pas possible….

  35. Un très beau billet ! Les classiques sont d’une richesse infinie ! Tous les jours, ma liste ne cesse d’augmenter et même si le coup de coeur n’est pas toujours au rendez vous. Je referme toujours un classique en ayant la satisfaction d’avoir gouté un peu d’Histoire (avec un grand H) de la littérature française et étrangère

  36. Merci merci pour ce super article ! Je suis intéressée par beaucoup de choses mais il est difficile de savoir par où commencer en tant que néophyte ! C’est un peu le même problème pour l’Antiquité ; je n’ai pas encore trouvé de livres pour m’y remettre (ancienne latiniste mais aujourd’hui économiste !) Mais là c’est un vrai cadeau que tu nous fais…

    1. Je suis enchantée que cela te plaise, Audrey! Et pour l’Antiquité, je ne comprends pas : tu cherches une méthode de langue latine? Un ouvrage historique? Culturel? Parce que c’est tout un monde! 🙂

  37. Bonsoir
    Je suis tombée par hasard sur votre blog et j’en suis très ravie moi qui souhaite me mettre à la lecture et Oui vaut mieux tard que jamais comme dirait l’autre
    Et commencer par les grands classiques français Merci pour vos idées dès demain je commence hihi 😉

  38. Recoucou Céline 🙂 cet article est super!
    Aaaah! Les classiques je les ai depuis bien trop longtemps délaisser. et leur profondeur me manque. Je suis une amoureuse des livres depuis toute petite. et des livres j’en ai lu de toute sorte je me suis attaquée à certains classique avant de les étudier en cours notamment “Au bonheur des dames” que j’ai lu très jeune vers 11 ou 12 ans et un autre “Anna et son orchestre” ces deux là font parti de mes préférés ! et puis les années passant j’ai désobéis à une règle que je m’étais fixée: diversifier mes lectures!
    mais aujourd’hui je veux m’y remettre car après avoir explorer les romans pendant plusieurs années les romans de notre époque je me rend compte que beaucoup de “têtes d’affiches”n’ont pas la profondeur et la richesse des classiques. Mais peut être est ce le contexte de l’écriture qui veut cela?
    merci pour cet article qui m’encourage vraiment dans ma démarche!

  39. Juste un mot : I.N.C.R.E.I.B.L.E

    Oui, ton article est incroyablement bien fait , grâce à tes conseils pour débuter la littérature Française (dans mon cas la lecture tout court) j’ai pu découvrir des œuvres auxquelles je n’aurai jamais songé auparavant .

    De nature plutôt “TV – Sortie – Sport – Pizza…” j’ai grâce à toi acquis des compétences qui me semblent nécessaire sur le long terme car j’ouvre les yeux sur le monde , la façon de pensée , Les nouvelles culture, nouvelles personnes…

    Et dire que j’avais une image plutôt négatif des personnes lisant de la littérature Française (timide, coincé, pas sociable…) c’est tout à fait le contraire.

    Surtout que j’ai plus d’appréciation chez la gent féminine… 😉

    Un roman que je conseil vivement : “Orgueil et Préjugés” de Jane Austen

    Bonne lecture à tous et surtout n’oubliez pas :

    “Un homme qui lit est un homme libre”

  40. Est-ce qu’on a le droit, là, comme ça, d’arriver ici presque deux ans en retard et se dire que oui on est vraiment en retard. J’aurais adoré tombé sur cet article avant ma rentrée en hypokhâgne, l’été dernier. J’aurais alors évité de me jeter tête la première dans Illusions Perdues de Balzac et je me serais engagée dans quelque chose d’un peu moins colossal. (Mais il faut quand même préciser que tous les livres de la bibliographie donnée par Monsieur le Professeur de Littérature étaient tous de gros pavés, tous plus effrayants les uns que les autres.) Si à la rentrée on m’avait dit ça comme ça : « La littérature française est une vaste échoppe luxueuse en période de fêtes, avec les étoiles qui clignotent et les sucres d’orges à l’entrée. », j’aurais sans doute alors un peu moins paniqué face à l’année devant moi, c’est vrai. Non, en somme, je ne blâme personne. Je voulais juste te dire que je vais me servir de ton article comme notice pour mon été (qui arrive bientôt mais pas tout de suite) (il y a quand même un programme d’hypokhâgne à finir) (et du Mallarmé, du Huymans et du Gracq à lire) (hum), quand, après avoir passé plusieurs jours voire semaines de déni de la khâgne devant moi, j’aurai l’idée saugrenue de lire de la littérature française d’avant 1900. En attendant, je continue à cliquer sur « Anciens articles » en bas des pages ici. Et je te dis merci en grand.

  41. J’essaie vainement (et depuis longtemps) d’intéresser mon rejeton à la lecture des classiques ; je vais lui conseiller de lire votre spirituelle invitation à la découverte de cette mine d’or… Je vous invite à mon tour à reprendre la Chartreuse, vous ne manquerez pas de tomber amoureuse aussi de Fabrice (ou de la Sanseverina!). Je vais de mon côté essayer les ananas glacés… Merci ; je vous souhaite d’heureuses lectures

  42. Flaubert, c’est vraiment ennuyant à mourir. J’ai du mal à trouver les classiques intéressants, mais j’en ai trouvé quand même… Faut aimer le latex et les coups de fouet en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *