Songe à la douceur

Quand Tatiana a vu Eugène pour la première fois, elle avait 14 ans, il en avait 17. Ils se retrouvent par hasard, dans le métro, dix ans plus tard : ils ont changé. Pour tout comprendre, il faut remonter le temps, découvrir leur idylle de jadis, et s’interroger sur l’espoir d’une séduction à venir. 

C’est donc une histoire d’amour, une histoire dans laquelle passé et présent se mêlent, une histoire de désir et de tristesse aussi, c’est universel, et pour cause : c’est Eugène Onéguine, revisité. Très très revisité. C’est la charlotte aux fraises destructurée façon nouvelle cuisine, avec des petits points de coulis de fraise tout autour d’une assiette triangulaire. 

C’est en vers parfois libres, mais aussi en alexandrins, mais aussi (parfois) en calligrammes, ça rime souvent, c’est tout plein de jeux visuels de disposition des mots. 

Ça décape, ça divise : moi, j’ai trouvé ça merveilleux, j’ai pleuré un peu et j’ai surtout beaucoup ri. Je me suis simplement régalée, alors même que je n’avais pas aimé du tout Les Petites Reines, de la même Clémentine Beauvais. J’ai trouvé l’ensemble délicieusement nouveau, subtil et follement drôle, et j’aime ces livres qui me font me sentir pleine de gratitude pour leur auteur. Merci d’avoir osé construire cet objet littéraire non identifié, et pourtant si fort et si beau, voilà ce que je me suis dit ; merci, j’avais besoin d’un roman d’amour qui soit tout sauf un roman d’amour-charlotte aux fraises. 

//Clémentine Beauvais, Songe à la douceur, Points, 2018//

4 commentaires sur “Songe à la douceur

  1. Bonjour Céline,
    Quel plaisir de relire tes mots sur ton blog !
    Je suis une lectrice de l’ombre, on ne se connaît pas, mais je suis heureuse que tu aies aimé ce livre : il fait partie de mes petites pépites, et c’est toujours un plaisir de découvrir d’autres « mordus ». Je te souhaite plein de jolies lectures pour les vacances !

  2. Je l’ai tant aimé ! Moi aussi il fait partie de mes pépites, et ce mélange de rimes sur des sujets triviaux, d’envolées lyriques parfois terre-à-terre m’a emballée. A la première, à la deuxième, à la troisième lecture. Son blog est une perle, on y retrouve tout son humour et j’y apprends toujours beaucoup sur la littérature.

  3. J’ajoute ce titre à ma pile de livres à lire qui manque cruellement d’histoires d’amour « Charlotte aux fraises » et te suggère la lecture de « Signé poète X » d’Elizabeth Acevedo traduit par Clémentine Beauvais ! La lecture de ce roman ado (conseillée par Clotilde, libraire aux Enfants Terribles à Nantes) m’a tout bonnement happée.

  4. C’est rigolo, j’ai lu Songe à la douceur que j’ai bien aimé mais dont je me souviens finalement assez peu, par contre j’ai adoré Les petites reines qui est beaucoup plus léger et pas du tout mon style de lecture mais qui m’a fait beaucoup rire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *