Trois ans

SYB_130713_1340_1

Je me souviendrai toujours, de ce matin, ce jour, ce soir, ce 13 juillet 2013.

Je me souviendrai de mon réveil bien avant toi et bien avant l’aube, et de ce moment où je suis allée chercher le pain avec papa, dans un élan un peu romantique, sans doute à la fois un peu futile et un peu essentiel. Il faisait soleil, il faisait tiède déjà, et nous tentions de retrouver de mémoire des vers, les mots sur l’aurore de Giraudoux, nous étions à la fois fébriles et étonnamment calmes.

Je me souviendrai de ma robe qui trainait loin par terre, au point qu’un petit garçon m’avait dit qu’elle devait être trop grande pour moi. Je me souviendrai de cette impression d’être une princesse aux yeux de tous l’espace de quelques heures, alors que je sais bien que j’en suis une en vraie toujours à tes yeux à toi. Je me souviendrai de nos « oui » un peu timides, du vertige qui avait suivi dans leur écho, de l’étonnement que tout soit si simple et déjà joué. Je me souviendrai de nos sourires qui n’en finissaient pas, et je les reverrai longtemps dans ce parc dans la lumière dorée du soir, tous ceux-là, ceux qui nous faisaient sourire, tous ceux que nous aimons.

Je me souviendrai que je n’avais alors même pas idée de ce qui grandirait encore entre nous, de l’unisson qui serait le nôtre. J’avais le sentiment de parachever une fusion, et j’espérais qu’elle demeurerait si vive et si belle. J’étais bien innocente, parce que je ne savais pas qu’elle grandirait encore, qu’elle se parerait de couleurs dont j’ignorais le nom. Je ne savais pas les épreuves, je ne savais pas les nuits à venir, je ne savais pas encore le bois de chez nous, je ne savais pas nos vraies larmes, je ne savais pas nos vrais rires. Je me promenais sur un paradis vaguement fleuri, sans savoir qu’en trois ans, il deviendrait l’Eden et le labyrinthe tout à la fois, il se ferait univers d’une dimension qui n’est pas dans les livres.

J’ai vu tes blessures et tes cicatrices, et même celles que les autres ne voient pas. Tu as vu encore un peu plus mes faiblesses, et mes forces aussi, tout ce que je garde dans les bras de mes larmes, tout ce qu’il y a dans mes yeux noirs quand je dépasse un obstacle comme on ouvre une galaxie. Je ne peux danser qu’avec ta musique, je ne peux dormir que près de toi, je ne peux sourire qu’au creux de ton épaule, et celui de tes rêves. Tu me sais, toute entière, je suis de ton écorce, de tes racines, et de tes ailes. À nous deux, nous cueillerons les étoiles, nous explorerons des planètes qui n’existent pas, nous nous blottirons dans des étoffes inconnues, nous caresserons les cimes bleues des arbres et garderons des diamants de lune dans la chaleur de nos mains. À nous deux, nous serons vraiment nous, à la fois différents et semblables, à la fois citadelle double et source unique, à la fois solistes et inséparables.

Et nous fêterons nos cent ans, nos mille ans, en riant sur les toiles peintes de la rondeur du monde.
SYB_130713_1349_1Photos : Sybil Rondeau 

22 commentaires sur “Trois ans

  1. Quelle émotion à la lecture de ce si beau texte. Meilleurs vœux à tous les deux, et continue de partager avec nous ta prose qui me touche si justement à chaque fois.

  2. Tu disais qu’il est difficile d’écrire l’amour, mais finalement je crois que tu as eu raison de le faire, et en te lisant je me dis que c’est exactement comme ça que je l’aime, l’amour. Joyeux anniversaire 🙂

  3. Que de beauté, de tendresses et de douceur dans ces mots à qui l’amour a donné des ailes, à moins qu’il les ait fait grandir… Bon voyage, oiseaux de bonheur, dans la galaxie et l’au-delà !

  4. Ah! Voilà l’explication de ton engouement pour les champs de blé ! Très très heureuses noces de froment à vous deux!
    Quel texte magnifique, si touchant: tu as vraiment bien fait de chanter l’amour pour nous, il est si doux de l’écouter vibrer entre tes lignes.
    Que les années qui viennent vous permettent encore d’explorer les univers inconnus, les soirées chaudes sous le soleil vermeil et les aubes fraîches des premiers matins.

  5. Superbe texte témoignant de l’amour que tu portes à l’homme de ta vie.
    Merci à vous pour ce que vous construisez depuis 3 ans, et qui nous démontre que le vrai, le beau, le grand Amour avec un A majuscule existe encore aujourd’hui…
    Très bel anniversaire !
    Soyez assurés de mes plus affectueuses pensées en souvenir de cette si belle journée. L’une des plus belles de ma vie de papa.

  6. De bien jolies phrases pour dire votre Amour, pour fêter 3 ans de bonheur, pour la joie de cette vie à 2, HEUREUX anniversaire.
    Et je me dis que TES mots, ce pourraient être aussi les miens (sauf que je ne sais pas si bien écrire !) mais le même bonheur après 50 ans ! et ce sont mes vœux pour vous.
    Bel été
    Nicmo

  7. Bon ben, c’est beau c’que vous dites là ma p’tite dame xD !
    Nan mais pour de vrai de vrai sans rire, c’est un bien joli texte sur l’amour-toujours <3 ! (accompagné qui plus est, de féériques photos d'une princesse et de son prince 🙂 !)

    Que l'amour coule à flot sur vos petites épaules et dans votre coeur pour les 3x3x3x3x…x l'infini prochaines années 🙂
    (et que vos vacances soient lumineusement pleines de soleil, de chocolat, de lecture, de chocolat, de douces nuits, de chocolat -comment ça je l'ai déjà dit ? xD-, de siestes, de bons petits plats … bref, qu'elles soient pleines de petits riens de bonheur ^^ )

  8. Merci pour ce si bel article. Tes mots ont suscité une émotion vive et vraie en moi, et c’est peut-être parce que j’ai mis fin à une relation amoureuse, ou peut-être parce que je suis très fatiguée en ce moment, mais tu m’as fait pleurer. Rien de triste dans ces larmes, je suis juste émue par tout l’amour que tu portes à ton amoureux et qui transpire de cet article. Merci beaucoup, encore une fois.

  9. Ca a l’air tellement simple, tellement évident, vous deux, l’amour, et tout ça, en lisant tes mots. Je les ai relus une bonne dizaine de fois je crois, et je crois que j’ai eu des frissons à chaque fois.

Répondre à Emeline Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *