Trois repas │(fin de) printemps

« Enfin ». C’est le mot qui contamine tous les titres dans la presse ces derniers jours. Enfin, les bars rouvrent, enfin, les parcs rouvrent. Enfin, on va pouvoir faire tout comme avant, enfin, on va pouvoir retrouver nos habitudes, c’est formidable n’est-ce pas ? Enfin, les galeries Lafayette ouvrent à nouveau leur porte, ah, mais EN-FIN.

Dire « enfin » pour qualifier les retrouvailles avec quelque routine (ou quelque luxe ?) dont on a été privé même pas trois mois est un curieux emploi. Je ne peux m’empêcher de penser à toutes les situations de crises que le monde a pu vivre, aux grandes épidémies médiévales, aux guerres externes ou internes, aux grandes migrations, à tous ces événements qui ont imposé à des Hommes de perdre leurs habitudes anciennes pour des années, des décennies, toute la vie souvent. Que diraient-ils, s’ils voyaient ces titres, aujourd’hui ? ENFIN, réouverture des terrasses, après deux mois et demie, Dieu ! Quelle privation, quel soulagement !

Je ne blâme pas directement les gens qui ont ce genre de pensées, j’aimerais simplement qu’on s’interroge davantage. Que l’on mesure que la perte de repères a été de bien courte durée. Que l’on mesure que la situation aurait peut-être été l’occasion de questionner profondément ses habitudes. Ce qui compte pour nous. La vie qu’on veut, vraiment. Ce qui constitue notre refuge, notre indispensable, notre socle.

C’est toujours source de beauté de réfléchir à son socle.

« Trois repas de printemps » : j’ai mis ce titre même si le printemps est déjà bien entamé. J’avais envie de filmer trois petites assiettes hyper simples que j’adore faire en ce moment. Des muffins aux myrtilles (mais on peut mettre tous les fruits rouges que l’on trouve), une divine salade au Halloumi (largement inspirée d’une salade que l’on me servait à La Serrurerie, à Poitiers, et que je commandais à chaque fois sans me lasser), et une délicieuse façon de manger le fenouil. (J’avoue que c’est devenu ma manie, je ne le mange plus qu’ainsi !).

Et comme clin d’oeil, une petite chanson que j’ai eu trèèèèès souvent dans la tête au mois de mai. Je pense que vous la reconnaîtrez vite ! 😉

(Le détail des recettes est en description de la video sur youtube !)

6 commentaires sur “Trois repas │(fin de) printemps

  1. Une introduction très juste je trouve… Quels jolis accords, de cuisine et de musique:-) C’est juste parfait de douceur et de saveur!

  2. Bonsoir Céline,

    « Comment peut-on mettre autant d’émotions et de délicatesse en donnant à voir des recettes ? », c’est la réflexion que je me suis faite à haute voix dans ma tête.

    Sur ton introduction, oui, c’est avec une pointe au cœur et très déboussolée que je ne vois nous afférer au tumulte d’avant. J’ai l’impression d’une si grande accélération, de retournements complets de nos humeurs collectives d’une semaine à l’autre. Il y a 2 semaines encore, nous échafaudions le monde de demain. Aujourd’hui, on s’attèle à la planification des vacances d’août.

    Merci de nous rappeler à être vigilant, à thésauriser sur ce modeste vécu, à ne pas perdre de vue la limpidité des révélations que nous avions formulées au temps confiné. Merci des notes de piano aussi !
    R.

  3. Bonjour Céline,
    Encore des mots justes. Et des notes aussi 😉
    Merci de partager avec nous cette vidéo. Je découvre toujours avec beaucoup de plaisir les publications de ce blog, qui sont très apaisants et souvent, sources d’inspiration en cuisine ou dans le domaine de la lecture. J’aime aussi beaucoup quand il est question de Camille car j’ai une petite Emmy qui est née quelques jours plus tôt que lui. Nous allons réaliser les muffins cet après-midi. Mais chez nous, ils seront aux pépites. Ils sont toujours aux pépites 🙂 et natures pour sa grande soeur. Seule la base change, jusqu’à trouver LA base parfaite.

  4. Bonjour,
    Quel plaisir de vous retrouver sur le blog et merci de nous offrir vos suggestions gourmandes pour un déjeuner paisible de fin de printemps. Accompagnée par les notes du piano, j ‘ai fait la recette du petit épeautre au fenouil et celle des muffins aux myrtilles.
    Délicieux.
    En espérant vous lire à nouveau bientôt,
    Véronique

  5. J’aime tellement la poésie que tu diffuses sur la toile… Et savoir qu’enseigner cela est ton métier, m’enchante pour les petites têtes qui croisent ta route <3
    Belle continuation à toi, et merci pour ce partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *